Score

2011
Auteur : Picq, Charles
Année de création : 2010

Yuval Pick a voulu rencontrer son pays, Israël, par le biais de ses sonorités, en récolter des bribes, des bouts de langue, de vie. Dans cette vidéo, il nous en dit plus sur son processus de création et sur son travail.

 
close

Score

"Je viens d’un pays assez complexe, et j’ai trouvé toujours difficile de parler, dans mon travail et à travers mon esthétique, de ce pays et de mes racines d’une manière inspirante et percutante pour moi. Cette commande m’a attiré tout de suite car je suis très attaché à la sonorité et à la recherche musicale. J’ai donc trouvé intéressant d’aller là-bas pour récolter des bribes sonores, des bouts de langue, de vie, comme une matière, qui m’a inspiré et m’a donné un, élan pour explorer mes racines à travers une création artistique.

Apprendre l’anglais, l’arabe, le yiddish et, l’hébreu, façonne évidemment la manière d’être et de grandir en Israël, notre réalité au quotidien et la manière dont on vit et communique ici. Donc, cela façonne aussi mon approche au corps, ma physicalité, ma relation à l’autre et à l’espace.
Quand je regarde mes créations, je vois que les notions de frontières, de revendications d’être dans un endroit, de chercher et de prouver la raison d’être dans un endroit, s’immiscent dans mon langage corporel et ma façon de construire mes pièces.

En Israël, la notion du temps est très différente de celle en Europe : on sent qu’il y a des énergies très fortes, contradictoires, des sensations fortes d’urgence, de survie, qui ne sont pas encore transformées, qui n’ont pas atterri pour prendre une perspective, et qui restent encore en suspension. On remarque cela chez les gens, par leur manière de parler, de bouger, et de communiquer.

Les trois figures que j’ai mises en scène représentent des archétypes, des concrétions d’humanités glanées lors du voyage préparatoire au projet. À travers le mouvement, j’ai cherché à rendre visible une forme de mécanique des comportements telle que je l’ai vue à l’oeuvre dans ce pays qui m’est à la fois si proche et si distant.

Score a été composé comme une mosaïque, un jeu de construction, une partition d’images alternées qui proposent à voir une métaphore de la richesse et de la complexité de ce pays, avec le besoin d’exprimer un souhait pour une autre réalité.

Yuval Pick

Propos recueillis par Cathy Bouvard Directrice déléguée des Subsistances - Laboratoire international de création artistique - Lyon

 

Générique sonore :

Prise de son : Israël sept. 09, enregistré avec 2xDPA 4060 / 2xshoeps mk4 / Fostex FR2
Montage et composition (sauf ©) : Bertrand Larrieu & Yuval Pick

Part I
Tel Aviv, club rock « Levontin » : balance entre l’ingénieur du son et les musiciens du groupe Haivrit + morceau Al tenasi © du même groupe (remixé) + impro au synthé Axolotl — www.myspace.com/haivrit

Part II
Tel Aviv, centre ville, 4h : enregistrements bruts autour d’un snack de nuit avec dj techno, ouvert sur la rue.

Part III
Village druze de Kfar-Mrar (nord gallilée) : autour d’un café, Bilal Abou-Gosh, chanteur druze, chante a capella
Tel Aviv, Parc de Ha-Yarkon à 23 h : Ruth Dolores Weiss nous chante Yakinton © a capella — www.myspace.com/ruthdoloresweiss

Part IV
Eléments de schofar (bruts et traités), instrument de la liturgie judaïque (Tel Aviv) + procession catholique du village de Machul (nord gallilée) : tambours, cuivres et corne­muses + prière collective pour Roshashana (nouvel an juif), dans le marché aux puces de Jaffa (Tel Aviv) + diverses ambiances et traitements

Part V
Tel Aviv : GPS d’un taxi + feu de signalisation pour aveugle + diverses ambiances + improvisation à la guitare par Damien Cluzel : Worldizing © (Lyon) - www.myspace.com/damiencluzel

 

Chorégraphie : Yuval Pick

Interprètes : Lazare Huet, Anna Massoni, Antoine Roux-Briffaud

Création musicale : Bertrand Larrieu

Création lumière : Nicolas Boudier

Régie son : Raphaël Guénot

Costumes : Angèle Mignot

 

Production : CCNR / Direction Yuval Pick

Coproduction : Les Subsistances, Compagnie The Guests, CCN de Rillieux La Pape / Cie Maguy Marin, CCN de Roubaix- Nord Pas de Calais, CCN Ballet de Lorraine

Soutiens : Ministère de la culture et de la communication – DRAC Rhône-Alpes au titre de l'aide aux compagnies chorégraphiques Région Rhône-Alpes Ville de Lyon
Ambassade d'Israël en France

Remerciements : Jérémy Paon, Damien Cluzel, Ruth Dolorès Weiss, Haivrit, Bilal Abou-gosh et toutes les autres personnes en Israël pour leur collaboration et leurs apports à cette pièce.

 

Scènes d'Ecran
Une collection proposée et dirigée par Charles Picq

Réalisation : Charles Picq
Directeur de la photographie : Gérard Sergent
Images : Michel Esquirol, Charles Picq, Luc Riolon, Gérard Sergent 
Prise de son : Bruno Rochet 
Montage : Michel Esquirol

Coproduction : 24 IMAGES, GIE GRAND OUEST TÉLÉVISION, LA MAISON DE LA DANSE DE LYON ET ARTE LIVE WEB

 

Le Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape est subventionné par le Ministère de la Culture et de la Communication, DRAC Rhône-Alpes, la Région Rhône-Alpes, la Ville de Rillieux-la-Pape et le Département du Rhône.

 

 

Picq, Charles

Auteur, réalisateur et vidéaste, Charles Picq entre dans la vie professionnelle dans les années 70 par le théâtre et la photographie. Après une reprise  d'études (Maîtrise de Linguistique - Lyon II, Maîtrise des Sciences et Techniques de la Communication - Grenoble III), il se consacre à la vidéo, d'abord dans le champ des arts plastiques à l'Espace Lyonnais d'Art Contemporain (ELAC) et avec le  groupe "Frigo", puis dans celui de la danse.

Dès la création de la Maison de la Danse à Lyon en 1980, il est sollicité pour y entreprendre un travail de documentation vidéo qu'il poursuit toujours depuis. Durant les années 80, marquées en France par l'explosion de la danse  contemporaine et le développement de l'image vidéo, il fait de nombreuses rencontres avec des artistes tels qu'Andy Degroat, Dominique Bagouet, Carolyn Carlson, Régine Chopinot, Susanne Linke, Joëlle Bouvier et Régis Obadia, Michel Kelemenis. Son activité se déploie dans le champ de la création avec des installations et des vidéos en scène, ainsi que dans celui de la télévision avec des spectacles filmés, des recréations et des documentaires. Avec Dominique Bagouet (80-90), la rencontre est particulière. Il documente sa création, l'assiste sur " Le Crawl de Lucien" et co-réalise avec lui les films "Tant Mieux, Tant Mieux" et "10 anges". Dans les années 90, il devient le directeur du développement vidéo de la Maison de la danse et oeuvre, avec le soutien de Guy Darmet et son équipe, pour une place grandissante de l'image vidéo au sein du théâtre à travers plusieurs initiatives:
• Il fonde une vidéothèque de films de danse, d'accès public et gratuit. C'est une première en France. Poursuivant la documentation vidéo des spectacles, il en organise la gestion et la conservation.
•  Il impulse la création d'un vidéo-bar et d'une salle de projection vidéo dédiée à l'accueil scolaire.
•  Il initie les "présentations de saisons" en image.
•  Il conçoit l'édition du DVD "Le tour du monde en 80 danses", une vidéothèque de poche produite par la Maison de la Danse pour le secteur éducatif.

Plus récemment, il lance la collection « Scènes d'écran » pour la télévision et le web,  il entreprend la conversion numérique de la vidéothèque et crée le site « numeridanse.tv », vidéothèque internationale de danse en ligne.
Ses principaux documentaires sont : "Enchaînement", "Planète Bagouet", "Montpellier le Saut de l'Ange", "Carolyn Carlson, a woman of many faces", "Grand Ecart", "Mama Africa", "C'est pas facile", "Lyon, le pas de deux d'une ville", "Le Défilé", "Un Rêve de cirque".
Il a également réalisé des films de spectacle : "Song", "Vu d'Ici" (Carolyn Carlson),"Tant Mieux, Tant Mieux", "10 anges", "Necesito" et "So Schnell", (Dominique Bagouet), "Im bade wannen","Flut" et "Wandelung" ( Susanne Linke), "Le Cabaret Latin" (Karine Saporta), "La danse du temps"(Régine Chopinot), "Nuit Blanche"( Abou Lagraa), "Le Témoin" (Claude Brumachon), "Corps est Graphique" (Käfig), "Seule" et "WMD" (Françoise et Dominique Dupuy), " La Veillée des Abysses" (James Thiérrée), Agwa »(Mourad Merzouki), Fuenteovejuna (Antonio Gadès), Blue Lady revisted (Carolyn Carlson)…

Source : Maison de la Danse

En savoir plus

lescarnetsbagouet.org

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

CCNR / Yuval Pick

CCNR / Yuval Pick

Nommé à la tête du Centre Chorégraphique National de Rillieux-la-Pape en août 2011, Yuval Pick a derrière lui un long parcours d’interprète, de pédagogue et de chorégraphe et signe des pièces marquées par une écriture élaborée du mouvement, accompagnée de fortes collaborations avec des compositeurs musicaux. Il développe son univers chorégraphique par le biais d'une foi absolue dans le mouvement et ses interprètes comme médium sensible capable de déchiffrer l’humain. Sa danse, profondément incarnée, met en jeu des équilibres relationnels entre l’individu et la communauté de manière paradoxalement concrète et abstraite à la fois.

Voir la collection