Clinamen... ou l’Art de (ne pas) gérer une carrière

2014
Auteur : Greene, Lila
Année de création : 2014

Lila Greene nous convie à une soirée pleine de surprises, au travers d’un parcours imprévisible, riche de rencontres et discret, d’un regard sur la danse et le théâtre contemporains en France des années 1970 à ce jour. Enregistré au CND 01/04/14

 
close

Clinamen... ou l’Art de (ne pas) gérer une carrière

Conception Lila Greene, Goury

Au travers d’un parcours imprévisible, riche de rencontres et discret, d’un regard sur la danse et le théâtre contemporains en France des années 1970 à ce jour, et à l’occasion d’une exposition de ses archives à la Médiathèque du Centre national de la danse, Lila Greene nous convie, en ce 1er avril, à une soirée pleine de surprises.

Photos, films, fabulations et farandoles pour rappeler les entrechocs qui mènent à trouver l’inattendu en des lieux insolites, souvent à des horaires déraisonnables, à découvrir les résonances d’un invisible visible, pour le simple plaisir de changer du quotidien.


Déroulé

John and Doris Dreem

Mark TOMPKINS et Lila GREENE

Conférence de Jean-Daniel MAGNIN

Théâtre Autarcique, Festival de Nancy, 1976

Conférence de Denise LUCCIONI

Faut tout ça, Les Frères Jacques
avec Levent BESKARDES, Lila GREENE, Pascale HOUBIN

Conférence d’Odile ROUQUET

Extrait de DVD Approches ancestrales de Lila GREENE, dans la collection
de Recherche en mouvement
Images de Bonnie BAINBRIDGE COHEN : Gabriele SPARWASSER

Film d’apesanteur

Images : Ki Productions, 1994
Danse : Kitsou DUBOIS, Lila GREENE

Mère / Fille

Naomi FALL et Lila GREENE,
hommage à Yano, extraits, 2004

Conférence de Jean JOURDHEUIL

Film Éloge à Goury, extraits de spectacles chorégraphiés par Lila GREENE et habillés par GOURY :

- Pandora suite, 1982
Images : Alain LONGUET

Danse : Sandra CORDERO, Zaza DISDIER, Kitsou DUBOIS, Lila GREENE

- Démons, 1984
Images : Alain LONGUET
Danse : Jacky AZENCOTT, Gérard GOURDOT, Lila GREENE
Musique : Lucien ROZENGART

- Striptiz, 1986
Réalisation : Bertrand MERINO
Danse : Paula KLEIN

Musique : Hector ZAZOU

-L’Inquiet épicier,1988
Images : régie Centre Pompidou
Danse : Jean GUIZERIX,
Wilfride PIOLLET, Lila GREENE
Montage sonore : Daniel DESHAYES

- Le Vol de la carpe, 1997, hommage collectif à Yano à Saint-Florent le Vieil
Images : Alain LONGUET

Danse : Lila GREENE
Musique : Marie-Laure WEIL-REYNAL
Texte : Le Corbeau, Edgar Alan POE

- L’Heure où l’on ne savait rien, 2001-2002
Images : Gabriele SPARWASSER

Danse : Alain ALBERGANTI,
Marion BAË, Mathias DOU,Pascale HOUBIN, Xavier MONSERRAT
Musique : Ryoanji, Cage

- Régénérations, 2006
Images : Martine ANDRÉ

Danse : Madeleine ATTAL, Naomi FALL,
Lila GREENE, Christel TOURET

Musique : In an Autumn Garden, Takemitsu

- De l’esprit d’escalier, 2004
Images : Marc GINOT

Musique : Ghislain HERVET
Intreprétation : Hélène DE BISSY,
Lila GREENE, Patty HANNOCK

Textes : Sonnet XVIII, ‘Baise m’encor’, Louise LABÉ ; Blasons anatomiques du corps féminin : Le Corps, anonyme, XVIe siècle

Blasons anatomiques du corps féminin : La Larme
J.N. d’ARLES, XVIe siècle, dit par Luc SABOT

Chanson Baise m’encor
Sonnet de Louise LABÉ,

musique de Ghislain HERVET

Musiciens : Ghislain HERVET, Anne LE PAPE

Film en hommage à Pierre DOUSSAINT,

Sissan Dêdo


Générique

Conception : Lila GREENE, GOURY

Avec la complicité artistique de :

Virginie AVOT, Levent BESKARDES, Laura DEMANGEL, Mathias DOU, Naomi FALL, Zachary FALL,
Yumi FUJITANI, Lila GREENE, Ghislain HERVET, Pascale HOUBIN, Thomas LAROPPE, Anne LE PAPE, Caroline MERCIER, Luc SABOT, Mark TOMPKINS.

Les conférenciers :

Jean-Daniel MAGNIN,
 Denise LUCCIONI, Odile ROUQUET, Jean JOURDHEUIL.

Scénographie : GOURY
Montage vidéos : Stéphane CAROFF
Interprète LSF : François LESENS

réalisation Centre national de la danse
durée 84 minutes


Dernière mise à jour : septembre 2014

Greene, Lila

Née en 1949 aux États-Unis, Lila Greene se forme au théâtre et à de nombreuses techniques de danse contemporaine en Californie et à New York où elle participe également en tant qu'interprète et chorégraphe à divers spectacles. Arrivée en France en 1975, elle commence à enseigner la danse contemporaine et l'improvisation en danse et en théâtre. Outre plusieurs solos qu'elle crée à cette époque, elle collabore avec des artistes américains tels que Harry Sheppard ou encore Mark Tompkins avec qui elle va danser jusqu'en 1982 une longue série de duos notamment au sein du collectif du Théâtre autarcique et au sein de leur compagnie intitulée Productions Lima Dreem. Mêlant danse et théâtre, alliant humour et expérimentations artistiques, ils se produisent notamment au Festival off d'Avignon et au festival Danse à Aix- en-Provence mais surtout dans les lieux parisiens tels que La Forge, le Théâtre 13 ou le studio Théâtre d'en face.

Parallèlement Lila Greene travaille avec le chorégraphe japonais Hideyuki Yano dont elle sera une interprète privilégiée de 1976 à 1986. La collaboration avec Yano va aussi laisser ses traces et elle rendra hommage au chorégraphe à plusieurs reprises à l'occasion d'évènements organisés à sa mémoire (comme la soirée qui lui est consacrée au festival de Saint-Florent le Vieil en 1997) ou à travers des œuvres chorégraphiques (comme Régénérations : pour Yano en 2006).

Lila Greene crée la compagnie Sunsets en 1984 où elle continue à développer une approche transdisciplinaire : elle travaille par exemple à partir de textes de Gherasim Luca dans ses pièces Arrêts sur la carpe (1997) et le Chant de la carpe (1998) et collabore pour ces mêmes pièces avec le plasticien Tony Soulié. Elle a aussi fait un travail chorégraphique pour plusieurs metteurs en scène dans les années 1990, notamment Jean Jourdheuil et Jean-Francois Peyret (plusieurs pièces de l’auteur allemand Heiner Müller, où elle sera aussi interprète comédienne), Jean-Marc Bourg, Jean-Claude Fall ou encore Luc Sabot avec qui elle est interprète dans deux de ses mises en scène à Montpellier.

Lila Greene privilégie également des lieux de création en extérieur : les bords souterrains du canal Saint-Martin pour Démons (1984), l'héliport de l'hôpital Lariboisière pour L'État des mouches (1985) ou encore des anciens hôtels particuliers à Montpellier pour de l’Esprit d’escalier (2004), entre autres.

Par ailleurs, ses recherches autour du corps et du geste la conduisent à s'intéresser à la langue des signes française (à laquelle elle va se former et qui va l’amener à travailler avec des comédiens sourds), à l’analyse du mouvement (elle mènera des stages et des travaux en compagnie de Nathalie Schulmann et Odile Rouquet, avec qui elle crée une collection de DVDs sur les approches somatiques en lien avec le domaine artistique) ainsi qu'à des approches extra-occidentales. Elle obtient par exemple à l'Université de Montpellier en 2001 un DU en langue et civilisation chinoise, ce qui lui permet d’approfondir certains de ses projets artistiques à l'instar de sa pièce intitulée L'heure où l'on ne savait rien (2001-2002). Elle poursuit durant toutes ces années une activité pédagogique importante, menant de nombreux stages de danse et de théâtre qui l’amène aujourd’hui à enseigner également en Afrique et au Brésil où elle fait intervenir la fondation américaine qu’elle a créée en 2003 (l’eeg-cowles Foundation).


Mise à jour : septembre 2014

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection