Air de jeux #01 / Britten

2013
Année de création : 2013

Duo Collaboration Orchestre Symphonique de Bretagne Création septembre 2013 Durée : 20 minutes Concept : Bernardo Montet Avec Marc Veh et Olivier Lacour Musique : Benjamin Britten

 
close

Aire de jeux #1 / Britten

Au coeur de l’orchestre, un espace circonscrit met en présence deux interprètes, deux matières, deux corps, celui du danseur et celui du musicien partagent un même espace, physique te mental. La danse comme la musique se révèlent dans leur quintessence sous la forme du solo.


Création septembre 2013
Durée : 20 minutes

Concept : Bernardo Montet
Avec Marc Veh et Olivier Lacour
Musique : Benjamin Britten
Lumières : Michel Bertrand
Costume : Claire Raison

Production : Cie Mawguerite, Orchestre Symphonique de Bretagne.

Bernardo Montet

Bernardo Montet est actuellement artiste associé au projet SEcW à Morlaix et en résidence d'artiste au Théâtre Louis Aragon à Tremblay en France. Il a été à la direction du Centre chorégraphique national de Tours de 2003 à fin 2011.

Après un passage à l’école Mudra de Maurice Béjart à Bruxelles, il poursuit sa carrière auprès de la chorégraphe Catherine Diverrès, et codirige avec elle le Centre chorégraphique national de Rennes jusqu’en 1998. A partir de 1997, Bernardo Montet s’entoure d’une équipe de collaborateurs fidèles :  Tal Beit Halachmi, Taoufiq Izeddiou, Dimitri Tsiapkinis et Marc Veh, avec lesquels il compose un répertoire d’une vingtaine de pièces.  Depuis Pain de Singe, solo fondateur imaginé avec le cinéaste Téo Hernandez (1987), il signe entre autres en 1997 Issê Timossé (avec la complicité de Pierre Guyotat, auteur et récitant), en 1998 Beau Travail (en collaboration avec Claire Denis), en 2001 Bérénice de Racine (coécrit avec Frédéric Fisbach), ou encore O.More (avec des musiciens gnawas) en 2002.

A Tours, il crée neuf pièces : Parcours 2C (vobiscum) (avec le plasticien Gilles Touyard) en 2004, Coupédécalé avec Eran Tzur pour la composition musicale (2005), Les batraciens s’en vont (2006) et Batracien, l’après-midi (2007), deux pièces réalisées avec Lorella Abenavoli pour la création électroacoustique, Apertae (2008), Switch me off (coécrit avec Thomas Ferrand, 2009), God needs sacrifice (2010), Isao, un solo écrit pour et en collaboration avec la chorégraphe malgache Gaby Saranouffi et Des Hommes, une pièce de groupe en collaboration avec l’historienne et critique Geneviève Vincent en décembre 2011.

En juillet 2011, il est nommé Officier de l'ordre des Arts et des Lettres.

En 2012, Bernardo Montet accompagne Madeleine Louarn sur le spectacle Les Oiseaux d’Aristophane, parallèlement il travaille sur un duo intitulé (Des)incarnat(s), avec un des comédiens de l’Atelier Catalyse, sur la notion de Vulnérable.

Toutes ses pièces, portées par l’exigence et la radicalité, traitent de sujets qui lui sont chers : le colonialisme, la mémoire, l’identité, la conscience des corps, la résistance… Chaque chorégraphie surgit de la précédente pour tisser une image à la fois semblable et différente : les corps, dans leur dimension poétique et politique, rejouent le monde qui nous entoure.

Bernardo Montet développe également des projets singuliers avec des enfants tels que ChOral (2013), Mom’arts (2011 et 2014), et dans l’espace urbain avec Pas à Pas (2013), La marche des Anges (2007), Veiller par le geste (2008, 2010).
 

Plus d'infos : www.ciemawguerite.com

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Cie Mawguerite, Bernardo Montet

Cie Mawguerite, Bernardo Montet

Directeur du CCN de Tours jusqu’en 2011, et actuellement associé au projet SecW à Morlaix, Bernardo Montet transporte une oeuvre sismique et charnelle, traversée par une recherche d’altérité radicale. Nourries de littérature, de théâtre ou de cinéma (Beau travail avec Claire Denis), ses pièces incarnent des sujets marqués par une exigence politique autant qu’ontologique : le colonialisme, la mémoire, l’identité, la confrontation des corps, la résistance – autant de questions diffractées de spectacle en spectacle, à la manière d’un matériau sans cesse remis sur l’ouvrage. De Issê Timmosé (1997) conçu avec Pierre Guyotat jusqu’aux Oiseaux d’Aristophane en collaboration avec Madeleine Louarn, en passant par O.More d’après Othello, son travail projette une image du corps tiraillé entre sa dimension poétique et politique, rejouant et réactualisant sans relâche le monde qui nous entoure. Gilles Amalvi

Voir la collection