Blue lady [Revisited]

2010
Année de création : 2008

Carolyn Carlson revisite Blue Lady, son solo mythique, en le transmettant à Tero Saarinen, interprète à la présence et au geste unique.

 
close

Blue lady [Revisited]

« BlueLady », solo mythique de Carolyn Carlson, a laissé des images inoubliables dans le monde entier, cristallisant les rêves, les aspirations, les émotions de milliers de spectateurs. Les stores vénitiens, la robe rouge se déroulant autour de la danseuse, le dernier baiser emporté par une musique envoûtante, habitent l'imaginaire sur La Carlson. Créé le 11 octobre 1983 au Théâtre La Fenice à Venise, il est aujourd'hui transmis à Tero Saarinen, charismatique chorégraphe et interprète finlandais. Profondément liés par un regard artistique commun, la même esthétique, leurs origines finlandaises, Carolyn Carlson et Tero Saarinen se répondent comme le yin et le yang. Une correspondance révélant la plénitude de vies dont la dimension spirituelle épanouit le geste. «Blue Lady» offre la magie de ces partages intimes avec le public, de ces moments précieux qui touchent l'âme, offrant des souvenirs lumineux dans les cœurs. Ces filiations artistiques intenses permettent le don rare d'une oeuvre réinvestie par un autre être, une autre densité corporelle. Une pièce portée par la flamme vitale de son interprétation et des yeux dans lesquels elle se reflète.

Sources : CCN Roubaix Nord-pas-de-Calais
 
Générique


Chorégraphie Carolyn Carlson interprète Tero Saarinen musique originale René Aubry scénographie originale Frédéric Robert lumières originales John Davis, Claude Naville lumières Peter Vos costumes recréation Chrystel Zingiro 

Production Centre Chorégraphique National Roubaix Nord-Pas de Calais coproduction Biennale de la Danse de Lyon, Le Colisée - Théâtre de Roubaix avec lacollaboration de l'Atelier de Paris - Carolyn Carlson
Réalisation vidéo Charles Picq date du document vidéo 2008 production Maison de la Danse 

Durée de l'œuvre 1h

Carlson, Carolyn

Née en Californie, Carolyn Carlson se définit avant tout comme une nomade. De la baie de San Francisco à l'Université d'Utah, de la compagnie d'Alwin Nikolais à New York à celle d'Anne Béranger en France, de l'Opéra de Paris au Teatrodanza La Fenice à Venise, du Théâtre de la Ville à Helsinki, du Ballet de l'Opéra de Bordeaux à la Cartoucherie de Paris, de la Biennale de Venise à Roubaix, Carolyn Carlson est une infatigable voyageuse, toujours en quête de développer et faire partager son univers poétique.

Héritière des conceptions du mouvement, de la composition et de la pédagogie d'Alwin Nikolais, elle est arrivée en France en 1971. Elle a signé l'année suivante, avec Rituel pour un rêve mort, un manifeste poétique qui définit une approche de son travail qu'elle n'a pas démenti depuis : une danse assurément tournée vers la philosophie et la spiritualité. Au terme "chorégraphie", Carolyn Carlson préfère celui de "poésie visuelle" pour désigner son travail. Donner naissance à des œuvres témoins de sa pensée poétique, et à une forme d'art complet au sein de laquelle le mouvement occupe une place privilégiée.

Depuis quatre décennies, son influence et son succès sont considérables dans de nombreux pays européens. Elle a joué un rôle clef dans l'éclosion des danses contemporaines françaises et italiennes avec le GRTOP à l'Opéra de Paris et le Teatrodanza à La Fenice.

Elle a créé plus d'une centaine de pièces, dont un grand nombre constituent des pages majeures de l'histoire de la danse, de Density 21,5 à The Year of the horse, de Blue Lady à Steppe, de Maa à Signes, de Writings on water à Inanna. En 2006, son œuvre a été couronnée par le premier Lion d'Or jamais attribué à un chorégraphe par la Biennale de Venise. Elle est aussi Chevalier et Commandeur des Arts et Lettres.

Carolyn Carlson a dirigé le Centre Chorégraphique National de Roubaix Nord-Pas de Calais de 2005 à 2013. Aujourd'hui, la Carolyn Carlson Company (en résidence au Théâtre National de Chaillot) produit et diffuse ses spectacles à travers le monde.

Carolyn Carlson est Présidente d'Honneur/Directrice Artistique-Fondatrice de l'Atelier de Paris/CDC, centre international de masterclasses et de création à la Cartoucherie depuis 1999.

 

CAROLYN CARLSON EN DIX DATES

1965-1971                 Soliste dans la compagnie d'Alwin Nikolais

1974-1980
                 Etoile-Chorégraphe au Ballet de l'Opéra de Paris (GRTOP)

1980-1984
                 Directrice artistique du Teatrodanza La Fenice, Venise

1985-1991      
           Résidence au Théâtre de la Ville, Paris

1991-1992                 Résidence au Finnish National Ballet et au Helsinki City Theater Dance Company

1994-1995                 Directrice artistique du Ballet Cullberg, Stockholm

1999-2002                 Directrice artistique de la section danse de la Biennale de Venise

2005-2013                 Directrice du Centre Chorégraphique National Roubaix Nord-Pas de Calais

Depuis 1999              Présidente d'Honneur et directrice artistique-fondatrice de l'Atelier de Paris-Carolyn Carlson

2014                          Création de la Carolyn Carlson Company, en résidence au Théâtre National de Chaillot

 

EN SAVOIR PLUS

www.atelierdeparis.org

www.carolyn-carlson.com

 

 

Picq, Charles

Auteur, réalisateur et vidéaste, Charles Picq entre dans la vie professionnelle dans les années 70 par le théâtre et la photographie. Après une reprise  d'études (Maîtrise de Linguistique - Lyon II, Maîtrise des Sciences et Techniques de la Communication - Grenoble III), il se consacre à la vidéo, d'abord dans le champ des arts plastiques à l'Espace Lyonnais d'Art Contemporain (ELAC) et avec le  groupe "Frigo", puis dans celui de la danse.

Dès la création de la Maison de la Danse à Lyon en 1980, il est sollicité pour y entreprendre un travail de documentation vidéo qu'il poursuit toujours depuis. Durant les années 80, marquées en France par l'explosion de la danse  contemporaine et le développement de l'image vidéo, il fait de nombreuses rencontres avec des artistes tels qu'Andy Degroat, Dominique Bagouet, Carolyn Carlson, Régine Chopinot, Susanne Linke, Joëlle Bouvier et Régis Obadia, Michel Kelemenis. Son activité se déploie dans le champ de la création avec des installations et des vidéos en scène, ainsi que dans celui de la télévision avec des spectacles filmés, des recréations et des documentaires. Avec Dominique Bagouet (80-90), la rencontre est particulière. Il documente sa création, l'assiste sur " Le Crawl de Lucien" et co-réalise avec lui les films "Tant Mieux, Tant Mieux" et "10 anges". Dans les années 90, il devient le directeur du développement vidéo de la Maison de la danse et oeuvre, avec le soutien de Guy Darmet et son équipe, pour une place grandissante de l'image vidéo au sein du théâtre à travers plusieurs initiatives:

• Il fonde une vidéothèque de films de danse, d'accès public et gratuit. C'est une première en France. Poursuivant la documentation vidéo des spectacles, il en organise la gestion et la conservation.
•  Il impulse la création d'un vidéo-bar et d'une salle de projection vidéo dédiée à l'accueil scolaire.
•  Il initie les "présentations de saisons" en image.
•  Il conçoit l'édition du DVD "Le tour du monde en 80 danses", une vidéothèque de poche produite par la Maison de la Danse pour le secteur éducatif.

Plus récemment, il lance la collection « Scènes d'écran » pour la télévision et le web,  il entreprend la conversion numérique de la vidéothèque et crée le site « numeridanse.tv », vidéothèque internationale de danse en ligne.

Ses principaux documentaires sont : "Enchaînement", "Planète Bagouet", "Montpellier le Saut de l'Ange", "Carolyn Carlson, a woman of many faces", "Grand Ecart", "Mama Africa", "C'est pas facile", "Lyon, le pas de deux d'une ville", "Le Défilé", "Un Rêve de cirque".
Il a également réalisé des films de spectacle : "Song", "Vu d'Ici" (Carolyn Carlson),"Tant Mieux, Tant Mieux", "10 anges", "Necesito" et "So Schnell", (Dominique Bagouet), "Im bade wannen","Flut" et "Wandelung" ( Susanne Linke), "Le Cabaret Latin" (Karine Saporta), "La danse du temps"(Régine Chopinot), "Nuit Blanche"( Abou Lagraa), "Le Témoin" (Claude Brumachon), "Corps est Graphique" (Käfig), "Seule" et "WMD" (Françoise et Dominique Dupuy), " La Veillée des Abysses" (James Thiérrée), Agwa »(Mourad Merzouki), Fuenteovejuna (Antonio Gadès), Blue Lady revisted (Carolyn Carlson)…

Source : Maison de la Danse

En savoir plus

lescarnetsbagouet.org


Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.

Sources: Maison de la Danse ; Site de Fabien Plasson

En savoir plus

fabione.fr

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Scènes d'écran

Scènes d'écran

Transmettre la création chorégraphique dans toute sa richesse et sa diversité. Faire découvrir le travail d’artistes contemporains qui interrogent le monde grâce au langage universel du corps. Partager sens et plaisir d'une danse éclectique et généreuse, par la télévision. Témoigner de la diffusion et de l’enracinement de la danse par des lieux de diffusion régionaux. Tel est la mission de cette collection Scènes d’écran.

Voir la collection