La Minute du spectateur : Lloyd Newson

2014

Avec des spectacles et des films furieusement engagés, Lloyd Newson et son DV8 physical theatre agitent la scène internationale depuis plus de vingt-cinq ans.

 
close

Minute du spectateur (La)

La Minute du spectateur, un rendez-vous vidéo à visionner avant chaque spectacle pour découvrir en deux minutes un chorégraphe, sa compagnie, son vocabulaire, son œuvre.

Une collection présentée par Dominique Hervieu
Produite par la Maison de la Danse de Lyon
Réalisation vidéo par Fabien Plasson
Avec le soutien de l'Association FRIENDS de la Maison de la Danse
En partenariat avec TLM - Télé Lyon Métropole



© Maison de la Danse de Lyon

Newson, Lloyd

Le travail de Lloyd Newson en tant que directeur du DV8 Physical Theatre depuis 1986 a eu un impact important sur la scène contemporaine de la danse et du théâtre.
Son travail scénique et filmique avec DV8 a depuis toujours été récompensé par d'importants prix. Son dernier film, "The Cost of living", a gagné un Prix Italia et un Rose d'Or.

Newson est né en Australie, et l'intérêt qu'il porte à la danse a vu le jour à l'Université de Melbourne pendant qu'il y étudiait la psychologie et la sociologie. Une fascination qui l'a mené à suivre un cursus complet à la London Contemporary Dance School.

Il a dancé et chorégraphié pour de nombreuse compagnies avant de former sa propre compagnie : Modern Dance Ensemble, Impulse Dance Theatre/New Zealand Ballet Company, One Extra Dance Theatre et Extemporary Dance Theatre.
Dès le début, Newson a estimé que son oeuvre, en raison de ses fondements narratifs, s'adapterait bien à l'écran. Par conséquent, les réalisateurs David Hinton et Clara vont Gool ont adapté trois des pièces de DV8 en films et Newson s'occupera de la réalisation du dernier, "The Cost of living" (2004/05). Ce film a reçu par la suite 17 prix internationaux.

A cheval entre la danse, le texte, le theatre et le cinéma, le travail de Newson ne peut être étiqueté. Newson s'attache à créer des oeuvres originales plutôt qu'à travailler des oeuvres existantes ou à effectuer des relectures de ballets classiques.
Plus récemment, il a commencé à explorer le théâtre verbatim, en regardant la relation entre le texte (rédigé à partir d'entretiens) et le mouvement.
Même si ce n'est pas sa première incursion  dans cette forme de théâtre ("MSM" en 1993), ses deux plus récents travaux, "To be straight with you" (2008/09) et "Can we talk about this" (2011/12) s'attachent encore plus au texte que ses précédentes pièces.

Source : Site du DV8 Physical Theatre

En savoir plus

dv8.co.uk

 

Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.

Sources: Maison de la Danse ; Site de Fabien Plasson

En savoir plus

fabione.fr

 

DV8 Physical Theatre

Direction artistique: Lloyd Newson

Année de création: 1986

Depuis la création du DV8 Physical Theatre en 1986, Lloyd Newson a dirigé la compagnie, dirigeant et concevant toutes ses productions (mis à part « My Sex Our Dance », qui a été co-conçu avec Nigel Charnock). Le travail de DV8 reflète les intérêts personnels de Newson en matière sociale, psychologique et politique. Il a largement rejeté l'abstraction qui imprègne la plupart de la danse contemporaine en faveur du travail conceptuel et / ou narratif.

En 1985, Newson quitte l’ Extemporary Dance Theatre pour poursuivre ses propres intérêts chorégraphiques plus pleinement et s'approche de la danseuse Michelle Richecoeur pour travailler sur « Bein 'Apart »; «Lonely Art», une commande de Dance Umbrella (Royaume-Uni). L'année suivante, Newson invite Nigel Charnock à travailler avec lui sur «My Sex»; «Notre danse» (1986). Cette année, DV8 Physical Theatre a été officiellement formé. En 1987, Wendy Houstoun est venue à un atelier DV8 et a commencé à jouer avec la compagnie peu de temps après. Nigel et Wendy ont été les interprètes principaux avec la compagnie jusqu'en 1992 quand ils sont partis poursuivre leurs propres voix chorégraphique / directrice. Depuis, Wendy Houstoun a collaboré avec la compagnie dans «Bound to Please» (1997), «Living Cost» (Tate Modern - 2003) et a participé à la rédaction de «To Be Straight With You» (2008).

Comme le travail de Newson est basé sur le contenu, il se lance en fonction de l'objet et l'adéquation des interprètes pour chaque nouveau projet. En conséquence DV8 n'a pas de compagnie permanente d'interprètes. Au fil des ans, de nombreuses personnes ont contribué au succès de DV8 - de nombreux artistes extraordinaires, à une succession d'équipes administratives et techniques et au conseil d'administration de la société.

Source : Site de DV8 Physical Theatre

En savoir plus

dv8.co.uk

Hervieu, Dominique

Née en 1962 à Coutances (en Basse-Normandie), Dominique Hervieu dévore du mouvement sous toutes ses formes, depuis l’âge de six ans. Après un premier amour pour la gymnastique, elle élit la danse comme nouvel objet de sa passion : la danse classique, tout d’abord, qu’elle pratique pendant douze ans, principalement avec Michèle Latini ; la danse contemporaine, par la suite, avec Peter Goss, Alwin Nicolaïs et Hervé Diasnas. 

En 1981, elle rencontre José Montalvo et élabore avec lui une gestuelle originale faite de fluidité, rapidité et précision, qui va donner un style singulier à leurs créations. Leur complicité artistique donne naissance en 1988 à la Compagnie Montalvo-Hervieu qui se produit sur les plus grandes scènes nationales et internationales. Dix ans et cinq créations plus tard le tandem est nommé à la tête du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne. A partir de 2000, Dominique Hervieu cosigne toutes les chorégraphies de la Compagnie Montalvo-Hervieu qui compte parmi les compagnies contemporaine les plus populaires et les plus reconnues en France comme à l’étranger. 

En 2000, ils créent spécialement pour l’ouverture du Festival International du Film de Cannes, Variation au Paradis. Cette année-là, Dominique Hervieu devient conseillère artistique du Théâtre national de Chaillot et prend la direction de la mission jeune public. Elle développe alors une action originale d’éducation artistique, s’appuyant sur les relations entre les oeuvres et les pratiques artistiques d’une part, et sur les relations entre les arts, d’autre part, en partenariat avec le musée du Louvre et plusieurs institutions parisiennes. Elle imagine notamment en 2004 un parcours chorégraphique au Musée du Louvre qui rassemble 5 000 spectateurs. 

En 2001, elle crée "Mosaïque... Danse(s) d’une ville", spectacle chorégraphique pour 180 danseurs amateurs de 15 à 85 ans, véritable portrait dansé multiculturel de la Ville de Créteil immergeant ainsi les citoyens dans la création. En 2002 et 2003 elle crée deux pièces en « solo » : "Intervallo Brio" au Festival Mettre en scène, création rassemblant deux danseurs virtuoses, un grand-père et deux petites filles, et une version chorégraphique du "Corbeau et du renard". En 2006, elle crée avec José Montalvo "La Bossa Fataka" de Rameau. Elle signe également avec lui la chorégraphie et la mise en scène de deux opéras : "Les Paladins", sous la direction musicale de William Christie des Arts Florissants au Théâtre du Châtelet à Paris (2004) et "Porgy and Bess" de George Gershwin à l’Opéra National de Lyon (2008).

En 2006, Dominique Hervieu crée avec la complicité de quatre chorégraphes du monde francophone « L’art de la rencontre - Cartes postales chorégraphiques » pour Les francofffonies !. Douze duos filmés naissent de ces rencontres et fournissent la matière à un documentaire pour Arte. En juin 2008, elle est nommée à la direction du Théâtre national de Chaillot. En 2010 est montée "Orphée", dernière création du duo. En juillet de la même année, elle initie un événement national en faveur de la jeune création, avec le Haut commissaire à la jeunesse et le Conseil de la création artistique, Imaginez Maintenant. En juillet 2011, elle succède à Guy Darmet pour prendre la direction générale de la Maison de la danse et  la direction artistique de la Biennale de la danse à Lyon.
Depuis 2014, Dominique Hervieu développe le volet international du Défilé de la Biennale de Lyon en invitant des groupes de grandes villes européennes (Turin et Barcelone). En 2018, elle sera la Directrice artistique de la Triennale de Yokohama Dance, Dance, Dance.

Source: Maison de la Danse

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

La minute du spectateur

La minute du spectateur

Retrouvez à travers cette collection "La Minute du spectateur", une introduction en images des spectacles présentés à la Maison de la Danse. Portrait ou approche thématique, ce rendez-vous vidéo est l’occasion d’appréhender un style, l’œuvre d’un chorégraphe ou d’une compagnie. Orchestrée par Dominique Hervieu, chaque « Minute » est une courte découverte de la danse, qui fait dialoguer images d’archives et actuelles.

Voir la collection