Indumba

2013

Fana Tshabalala a créé cette oeuvre inspirée des cérémonies de purification au Mozambique.

 
close

Indumba

création 2013

chorégraphie Fana Tshabalala

C'est au cours de l'une de ses lectures, que Fana Tshabalala prend connaissance de la pratique peu connue de cérémonies de purification au Mozambique et des changements qu'elles engendrent dans la santé physique et psychique des vétérans qui ont été impliqués dans la guerre civile.

Fana Tshabalala érpouve le besoin de créer une oeuvre inspirée de cette cérémonie de purification. Au cours de son observation au Mozambique des cérémonies mises en place après la guerre civile et la façon dont elles affectent la société et les vétérans de guerre, il découvre comment celles-ci servent de rites de passages pour créer de nouveaux départs et purifier les esprits et les corps des idées noires qui les hantent. Son nouveau travail est intitulé « Indumba » en référence à la hutte où se déroulent les rituels purificatoires dans la plupart des pays africains. Les gens qui ont expérimenté ces rituels en ressortent avec la sensation d'avoir découvert quelque chose sur eux-mêmes ou celle d'avoir été purifiés.

Avec « Indumba », Fana Tshabalala signe une oeuvre dans laquelle le corps qui choisit habituellement d'ignorer la voix intérieure qui le guide et le nourrit, lui accorde l'espace et le temps de récupérer, et une chance de s'y reconnecter. Dans cet espace particulier il n'y a pas de vrai ou faux mais chaque moment est apprécié pour ce qu'il est et ce qu'il peut être.

Source : http://www.nationalartsfestival.co.za/show/indumba/

Extraits de presse

http://www.citypress.co.za/entertainment/review-indumba-a-graceful-state-of-healing/

Sakhi Gcina,« Fana Tshabalala : Dancer acts on his anger », Mail and Guardian, 21 juin 2013

Hancu Low, « Moving into sacred spaces », Cue online, 5 juillet 2013

Adrienne Sichel, « Unleasing the spirit world », Tonight, 30 juillet 2013

« Guided through dance », The Witness, 28 août 2013

Catlin Goulding, « Ritual power moves on the stage », 31 août 2013

Générique

chorégraphe Fana Tshabalala
interprètes Fana Tshabalala, Irven Teme, Thulani Chauke, Thami Majela, Nosiphiwo Samente, Thabo Kobeli, Charlston van Rooyen
musique Nicholas Aphane
création lumières Thabo Pule
costumes Sasha Ehlers

réalisation Jessica Denyschen
durée
59 minutes

Dernière mise à jour : février 2014

Tshabalala, Fana

Né en 1987 à Sebokeng, Fana Tshabalala débute sa carrière en rejoignant différentes formations : Vuku Zenzele Cultural Group (assistant), Sonqoba Cultural Group (interprète), Pheelo Dance Company (répétiteur) Motswako Performing Artists (interprète), Vuka African Artists (direction), Vaal Sounds Chorus (danseur).

Il intègre la formation MIDM FETC – Performing Arts de Johannesburg en 2006. Durant ses études, il signe la chorégraphie d'un solo « As it is two in one » (initialement intitulé « Conversation between HE and he ») présenté aux tremplins de FNB Dance Umbrella en 2007. L'année suivante il présente au FNB Dance Umbrella son solo « Ukunxanwa » .

En tant que membre de la compagnie de Moving into Dance, son talent d'interprète a été révélé dans différentes créations comme « Blankets of Shame », « Flesh », « Mzansi Africa Delight », « Xiif », « Gula », « Speaking with tongues ». Il collabore avec Sylvia Glasser et Lebo Mashile sur « Threads ». Il a aussi dansé pour le chorégraphe français Michel Kelemenis sur une de ses pièces intitulée « Besame mucho (Kiss me much) » présentée au FNB Dance Umbrella.

Fana a mis aussi ses compétences au service du programme des Classes ouvertes de MIDM. Il a poursuivi l'enseignement dans le style « Afrofusion ». Il a mis son talent chorégraphique au service de projets comme The Rock Challenge qui a regroupé plus de 3 000 participants provenant des différentes écoles de la région de Gauteng.

Son expérience de cinq mois au sein de la compagnie de Michel Kelemenis (de novembre 2009 à mars 2010) se révèlera marquante dans son parcours, au point qu'il désignera à l'avenir le chorégraphe marseillais comme son parrain en danse. Il reprend le rôle d'Anatom dans « L'amoureuse de Monsieur Muscle ». Fana rentre en Afrique du Sud chargé d'un solo, « That side » écrit pour lui et cette amie française, Caroline Blanc, dont il emprunta les gestes lors de la reprise-adaptation de « Besame mucho / Kiss me much » à Johannesburg en mars 2009.

En 2011 il chorégraphie une pièce de groupe intitulée « Fractured » avec la compagnie Moving Into Dance Mophatong. Cette pièce a été présentée au festival Dance Umbrella.. Il a également montré son solo « Lost and Found » au festival Francophonic organisé par l'Institut français d'Afrique du Sud.
En 2011 également, son nouveau solo est présenté au New Dance Festival, « Une Rupture ». Il sera donné aussi en France à Klap maison pour la Danse/Kelemenis & cie et au Centre chorégraphique national de Caen - Basse-Normandie.

Fana a été ensuite en résidence en France pour sa nouvelle pièce « Gates of Hell » un duo présenté en février 2012 à Dance Umbrella puis au National Arts Festival à Grahamstown.
En 2012, Fana a rejoint la compagnie The Forgotten Angle Theatre Collaborative (basée à l'Université de Johannesburg) pour laquelle il a chorégraphié la pièce « Between Us ».

En 2013 il a remporté le prix Standard Bank Young Artist Award Winner for Dance.

Il crée une nouvelle pièce en 2013 : « Indumba » présentée au National Arts Festival à Grahamstow, puis à Jomba! à Durban et à Arts Alive à Johannesburg. De plus, Fana tourne « Between Us » et « Gates of Hell » en Fance au cours de 3 mois de résidence entre Marseille et Pantin avec Kelemenis & cie et le Centre national de la danse (CND).

sources : site de la compagnie kelemenis http://www.kelemenis.fr/spip.php?article590
et la compagnie Forgotten Angle Theatre Collaborative http://www.forgottenangle.co.za

Dernière mise à jour : novembre 2013

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection