100% polyester, objet dansant n°( à définir)

1999
Année de création : 1999
Déposée par : Numeridanse.tv

"L'origine du projet objet dansant à définir n° vient de l'envie de pouvoir présenter une danse où le corps-matière est absent." Christian Rizzo

 
close

100% polyester, objet dansant n°( à définir)

100% POLYESTER, OBJET DANSANT N°(A DEFINIR) / Création 1999

Conception de l'installation et du son Christian Rizzo
Installation lumière Caty Olive
Durée 15min

L'origine du projet « Objet dansant à définir n°... » vient de l'envie de pouvoir présenter une danse où le corps-matière est absent. Je voulais rendre visible une idée "dansante" qu'un temps de contemplation/hypnose amènerait à un cheminement imaginaire et/ou à une réflexion sur l'absence... La volonté aussi de réunir mes activités principales (mouvement, costume, son) en un seul et même projet. L'image du vent dans les rideaux à l'heure de la sieste, l'idée des fantômes de chacun, le livre de Paul Virilio « Esthétique de la disparition », (peut-être certains mobiles de mon enfance), m'ont accompagnés et m'accompagnent encore aujourd'hui sur cette pièce.

« Objet dansant à définir n°... » est un projet qui tient sur la fragilité et la simplicité de la proposition. Il me paraît donc important de recontextualiser « objet » à chaque représentation. ainsi, lʼaccrochage / le temps / le déroulement / la matière sont modifiés en fonction du lieu architectural.

Source : Christian Rizzo

« ... Des robes siamoises rattachées par les bras sont suspendues au-dessus d'une allée balisée de ventilateurs. Pendant que la musique électronique décolle, la paire de robes en voile ondule au gré de l'air. Duo palpitant que cette danse de l'air et du tissu de douze minutes. Durée parfaite pour une hypnose 100% polyester signée Christian Rizzo...»
Rosita Boisseau , Le Monde - Lundi 21 juin 1999

Mise à jour : Juillet 2013

Rizzo, Christian

Né en 1965 à Cannes, Christian Rizzo fait ses débuts artistiques à Toulouse où il monte un groupe de rock et crée une marque de vêtements, avant de se former aux arts plastiques à la villa Arson à Nice et de bifurquer vers la danse de façon inattendue.

Dans les années 1990, il est interprète auprès de nombreux chorégraphes contemporains, signant aussi parfois des bandes sons ou la création des costumes. Ainsi, on a pu le voir chez Mathilde Monnier, Hervé Robbe, Mark Tompkins, Georges Appaix puis rejoindre d’autres démarches artistiques auprès de Vera Mantero, Catherine Contour, Emmanuelle Huynh, Rachid Ouramdane.

En 1996, il fonde l’association fragile et présente performances, objets dansants et des pièces solos ou de groupes en alternance avec d’autres projets ou commandes pour la mode et les arts plastiques.  Depuis, plus d’une trentaine de productions ont vu le jour, sans compter les activités pédagogiques.

Christian Rizzo enseigne régulièrement dans des écoles d’art en France et à l’étranger, ainsi que dans des structures dédiées à la danse contemporaine.

Son écriture chorégraphique et ses compositions visuelles ont su imposer l’individualité d’un style au delà du cénacle de la danse contemporaine. De 2007 à 2012, Christian Rizzo est en résidence à l’Opéra de Lille mais il voyage beaucoup, notamment en Asie où il est invité en tant que chorégraphe et plasticien. Il a en effet réalisé plusieurs expositions parmi lesquelles « Le sort probable de l’homme qui avait avalé le fantôme » dont il a conçu la scénographie et le commissariat avec Bernard Blistène (Nouveau Festival du Centre Pompidou à Paris, automne 2009). Il faut aussi mettre au rang de ses projets parallèles son rôle d’artiste professeur invité au Fresnoy, Studio national des arts contemporains de Tourcoing, où il a encadré le travail d’étudiants et réalisé des installations multimédia. Familier du
rock et des musiques électroniques, Christian Rizzo a découvert de nouveaux horizons avec la mise en scène d’opéra. Il s’apprête désormais à aborder le continent wagnérien au Théâtre du Capitole de Toulouse où il va monter Tannhäuser en juin 2012. De l’opéra aux ateliers qu’il anime avec l’Oiseau-Mouche, compagnie installée à Roubaix qui réunit des comédiens en situation de handicap mental,
Christian Rizzo n’aime rien tant que les changements d’univers culturels. Ces expériences se répondent entre elles par attractions réciproques et produisent les interactions à partir desquelles il fonde sa pratique chorégraphique.

Au 1er janvier 2015, Christian Rizzo prend la direction du Centre chorégraphique national de Montpellier. Désormais intitulé ICI (Institut Chorégraphique International), le CCN propose une vision transversale de la création, de la formation, de l’éducation artistique et de l’ouverture aux publics. Prenant support sur les pratiques et les territoires, le projet est avant tout un espace prospectif qui prend à bras le corps, l’invitation d’artistes, l’écriture du geste chorégraphique et les manifestations de son partage.

Source : site de L'association fragile / Christian Rizzo ; site de l'Institut Chorégraphique International (ICI)

En savoir plus

lassociationfragile.com