Faux mouvement

2012

Dans un jeu qui invite les corps, l'espace, la lumière à altérer la perception du spectateur parfois jusqu'au mirage, quatre interprètes questionnent le rapport à la vitesse, la thématique de l'accident, l'idée de faux mouvement. Au CND le 29/11/12

 
close

Faux mouvement

création 2012

chorégraphie Fabrice Lambert

Dans un jeu qui invite les corps, l'espace, la lumière à altérer la perception du spectateur parfois jusqu'au mirage, quatre interprètes questionnent le rapport à la vitesse, la thématique de l'accident, l'idée de faux mouvement. Fabrice Lambert est accueilli en résidence longue au Centre national de la danse durant trois saisons de 2012 à 2015, avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis.

Avec « Faux mouvement », les quatre danseurs sont immergés dans un espace à double-fond, parcouru de strates sonores et visuelles parfois troublantes. Fabrice Lambert s'est inspiré pour cette pièce des écrits du philosophe Paul Virilio autour de la vitesse et de l'accident qui caractérisent selon lui le monde actuel : la réalité n'est-elle pas affectée par une suite d'accidents, qui orientent son évolution ?

Sur scène, les corps en tension, ballottés d'une posture à l'autre, traversés par des accélérations et des arrêts abrupts, s'engagent radicalement dans des prises de risques, comme pour déjouer une constante et indicible menace.

« Après la pièce de groupe « SOLAIRE », je souhaitais, avec la même équipe, prolonger la recherche de son écriture chorégraphique et questionner l'engagement physique aujourd'hui.

Cet engagement s'interroge de deux façons : quels sont les enjeux et les nécessités d'un engagement physique ? Qu'est-ce-qu'il permet que je ne soupçonne pas ? Une partie de cette réponse se trouve dans l'idée de ce que l'on nomme par erreur les faux mouvements... L'idée première est d'interroger le nombre de choses concrètes et inadaptées que l'on rencontre très souvent. D'un côté, on trouve toutes sortes de mouvements empêchés ou douloureux, sauts sur place, glissements, bascules et renverses ; de l'autre, des mauvaises postures, des fausses positions − positions bancales, instables ou intenables, positions improbables, voire impossibles, où le repos ne semble pouvoir être gagné qu'au prix d'une oscillation de plus en plus rapide entre deux solutions inconciliables et également insatisfaisantes.

Ce qui m'intéresse dans l'absurdité de ces situations, ce n'est pas la contradiction en elle-même, mais le mouvement contrarié qui évoque une posture impossible : "Saut perpétuel" d'une position à l'autre, "ballottement", "balancement", "va-et- vient", "navette" vertigineuse : c'est dans cette agitation le plus souvent imperceptible que sont produits des fantasmes, des effets de mirage...

Cette question rejaillit sur la notion même de faux mouvement. D'une part, le faux mouvement, en tant que mouvement, est un acte simple, il appelle un effort d'intuition spécial, une saisie de la posture en deçà de la position, de la tendance en deçà de la direction ; mais d'autre part, s'il s'agit bien d'un mouvement faux, il doit se ramener d'une manière ou d'une autre au mouvement quasi-mécanique. Mais toute la question est justement de savoir ce qu'est un mouvement qui se fausse et comment le retracer. »

Fabrice Lambert

Générique

conception et chorégraphie Fabrice LAMBERT
interprétation Madeleine FOURNIER, Hanna HEDMAN, Fabrice LAMBERT, Stephen THOMPSON
conception lumières Sylvie MÉLIS
conception vidéo Yann-Loïc LAMBERT
son Frédéric LAÜGT, Alexandre MEYER, Gilles GEREY
développement robotique interface Z
régie générale Philippe GLADIEUX
régie lumière Pierre VIGNE
régie vidéo Tomek JAROLIM
réalisation
Centre national de la danse
durée 60 minutes

En savoir plus

Site de la compagnie

Dernière mise à jour : juin 2013

Lambert, Fabrice

Né en 1974 à Grenoble, Fabrice Lambert se forme au Centre national de danse contemporaine d'Angers (1994-1996). À l'issue de cette formation, il fonde, avec Yuha-Pekka Marsalo, L'Expérience Harmaat pour la création de deux pièces : Ethogrammes et Étude pour 4 mouvements (1997). Il rejoint le collectif Kubilai Khan Investigations (1996-1998), puis la compagnie Carolyn Carlson (1997-1998).

En 1998, il démarre une collaboration avec Catherine Diverrès au Centre chorégraphique national de Rennes, jusqu'en 2002. Il travaille également avec François Verret, Emmanuelle Huynh et Rachid Ouramdane. Depuis 2000, Fabrice Lambert structure et assure la direction artistique de L'Expérience Harmaat, où il poursuit son travail de recherche et de création.

L'EXPÉRIENCE HARMAAT

L'Expérience Harmaat se définit comme un lieu de croisements qui rassemble autour des projets du chorégraphe Fabrice Lambert des artistes de différentes disciplines. Leur point commun est de questionner, chacun dans leur champ, la notion de mouvement. Ainsi, depuis 2000, artistes plasticiens, vidéastes, danseurs, participent à la création de nombreuses pièces : No body, never mind (2001), TOPO (2001), Le Rêve (2002), Play Mobile (2003), Imposture (2004), Frédéric Lambert (2004 – commande SACD / Le Sujet à Vif), Abécédaire (2005), Meutes (2006), Gravité (2007), D'Eux (2008), Virga (2009 – commande SACD / Le Vif du Sujet), Solaire (2010), Faux Mouvement (2012). Ces créations ont été présentées en France et à l'étranger.

Des fidélités de longue date se tissent au fil des projets : Hanna Hedman, assistante, interprète, pédagogue, Philippe Gladieux, éclairagiste et vidéaste, et Ivan Mathis, interprète et éclairagiste collaborent régulièrement avec L'Expérience Harmaat depuis 2001. L'Expérience Harmaat a été accueillie en résidence triennale au Manège, scène nationale de la Roche-sur-Yon, de 2003 à 2007, au Théâtre Le Vanves durant la saison 2009/2010, et à la Ferme de Bel Ebat à Guyancourt durant la saison 2011/2012. À compter de 2012, elle est accueillie en résidence longue au CND à Pantin durant trois saisons, avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis.

Dernière mise à jour : juin 2013

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection