Wha - La capture

Année de création : 2007

 
close

WHA - La capture

création 2007

chorégraphie Régine Chopinot

Dans le contexte de la fin des années 1990 où le milieu chorégraphique en France est agité par des débats sur l'institutionnalisation de la danse, la place des directeurs de centres chorégraphiques nationaux est remise en question, notamment par le collectif des « Signataires du 20 août » (1997), qui s'en prend, entre autres, à Régine Chopinot. Quelques années plus tard, Chopinot soutient le mouvement des intermittents du spectacle en 2003 et obtient encore des réactions contrastées du milieu de la danse. En 2004, elle sait que son départ du CCN de la Rochelle est annoncé et avec cette pièce souhaite provoquer et affiche un propos irrespectueux face à l'institution.

Cette pièce fait partie du triptyque de la Fin des Temps avec 1° « Chair Obscur », 2° « WHA » et 3° « O.C.C.C. » Ce triptyque est une longue remise en cause de l'écriture et de la création chorégraphique consécutive à une mise en crise volontaire des notions générales de temps, de mémoire et de construction.

Des ateliers ont été proposés autour de la création de « WHA », à destination des interprètes de la compagnie et venant d'autres collectifs. Ces ateliers ont cherché à travailler sur le thème de la mémoire et ont donné lieu à des présentations publiques en 2004-2005 (Lyon, Cologne, Berlin, Munich, Nantes et La Rochelle).

Deux versions de la pièce sont proposées, l'une en 2004 et une seconde en 2005 avec de nouvelles dates de tournée. En 2006, une autre version de « WHA » a été montrée à la Chapelle Fromentin (La Rochelle), intitulée « WHA 909 » et interprétée par 6 interprètes.

« WHA » (Warning Hazardous Area, ou Attention zone à risques)a été présentée sur de grands plateaux : Théâtre de Cornouaille (Quimper), Lieu unique (Nantes), Théâtre de la Ville (Paris), Les Brigittines (Bruxelles) et la Chapelle Fromentin (La Rochelle).

Autour de la multiplication des gestes, de quelques objets simples et d'un vocabulaire chorégraphique, « WHA » laisse libre cours aux danseurs qui interprètent une partition joyeuse, exubérante exécutée à partir d'un travail d'improvisation. On retrouve ici Jean Michel Bruyère qui signe une scénographie qui mêle des chaises alignées, des tables empilées, deux statues de cerfs – qui resserviront pour la création de « Very Wetr ! » en 2012-13 –, des poches d'eau, des micros, etc. Au départ la pièce devait être jouée par neuf interprètes mais, à la fin des répétitions, il n'en est plus resté que trois... Au final, il restera sur scène Régine entourée de deux de ses interprètes les plus proches, Virginie Garcia et John Bateman.

Des danseurs s'agitent dans tous les sens, ne s'arrêtent jamais de bouger, se livrent à des actions frénétiques, au sol, en l'air, partout à la fois, sans interruption. L'impression de désordre est accentuée par la musique électronique de rave mixée en live ajoutée à des textes de J.M. Bruyère rendus presque inaudibles dans ce brouhaha incessant. Des éléments de mobilier sont utilisés par les interprètes qui jouent également avec les costumes de Jean Paul Gaultier issus des précédentes créations de la compagnie (« Le Défilé », « Délices » ou « KOK »), comme si la peau du BARC opérait sa mue en quelque sorte !

Au-delà du discours initial proposé autour de « WHA » comme la référence à l'idiotie dans l'art comme acte de résistance aux instances qui décrètent ce qui a de la valeur (Cf. le livre de Jean-Yves Jouannais, « L'idiotie en art », éd. Beaux-arts magazine, Paris, 2003) ou au mouvement Dada, la pièce propose de poser un regard sur l'histoire et les concepts qui forment l'univers de la création chorégraphique contemporaine. « WHA » invite peut-être simplement à (re)découvrir "le monde de Chopinot", danseuse-chorégraphe culte dont le parcours singulier s'écrit aussi bien autour d'une gestuelle que d'un parti pris intellectuel qui n'a jamais cessé de questionner l'idée même de la création. Trois principes sont édictés par Chopinot pour cette pièce : « marcher sans idée / acter sans début ni fin / suractifs sans rien produire » (citée par Annie Suquet, Le Mans : éd. Cénomane, 2010). Ce que l'on pourrait résumer ainsi :
« Etre là, sans aucun prétexte » (Régine Chopinot, programme de « WHA909», nov. 2006).

Presse

Le public est partagé, la critique aussi. Cette pièce en dérange certains et en réjouit d'autres.

« "WHA" est sans doute le plus radical des spectacles de Régine Chopinot. Il porte à son plus haut degré de révolte la volonté de résister à toutes les formes d'assoupissement à l'œuvre un peu partout dans la société. Il s'agit de ne jamais baisser les bras, au propre et au figuré, et de se demander : que reste-t-il à danser en 2004 ? Les interprètes sont littéralement traversés par des gestes qui, pour certains, ne durent parfois qu'une fraction de seconde. La vitesse mène le jeu. Il semble que toute réalisation, tout début d'action constituent une menace. Régine Chopinot renonce au moindre mouvement sitôt qu'il a pris corps. »

Muriel Steimetz (programme de Vidéodanse, Paris 2008)

« Une gesticulation de Régine Chopinot présentée à Paris […] Si « Chair/Obscur », en 2002, avait suscité de nombreuses réactions dans le public, - le spectacle abordait la question de la mort, du vieillissement et des charniers -, ici c'est plutôt la passivité qui prévaut. Les éléments de décor, les pièces de costumes de Jean Paul Gaultier (en quelque sorte, les restes plutôt encombrants de leur précédentes collaborations dont « Le Défilé »), toutes ces miettes qui ont pu donner sens et matières à la danse, sont ici livrés en pâture par trois personnages solitaires, en proie aux sueurs (très) froides de l'improvisation. »

M.-C. Vernay, Libération, 12 février 2004

« W.H.A. : une pièce qui pète la joie comme une extrême prise de risque, énorme canular anarchiste, ou brûlage des vaisseaux, tornade d'un départ à l'aventure, ou liquidation des acquis. Prise d'assaut magistrale de l'une des prisons les plus habitées du monde : l'esprit de sérieux. On a rarement vu un projet s'avancer de façon aussi imprévisible vers les plus grandes scènes. […] Tout ça pourquoi ? Pour l'une des plus surprenantes tentatives observées depuis longtemps sur une scène, donnant la sensation inespérée d'y voir un spectacle comme on n'en avait jamais vu (même à hanter les salles, depuis des années quasiment tous les soirs). Oh ! Pas grand chose en fait. Mais une énormité : le renoncement à faire sens. »

Gérard Mayen, mouvement.net, février 2004

Générique

WHA (Warning Hazardous Area, ou Attention zone à risques), pièce chorégraphique
création en janvier 2004 au Théâtre de Cornouaille, scène nationale de Quimper, à l'issue d'une résidence
conception, réalisation Régine Chopinot
interprètes John Bateman, Régine Chopinot, Virginie Garcia
scénographie et textes Jean Michel Bruyère
lumières Maryse Gautier
éléments de costumes Jean Paul Gaultier
construction décor La Manufacture/Niort
musique mixée live U-ZUL

nouvelle version de WHA le 2 février 2005, à Nantes, Le Lieu Unique – scène nationale
interprètes John Bateman, Régine Chopinot, Virginie Garcia, Frédéric Werlé, Duke Wilburn, Jean Michel Bruyère

nouvel intitulé WHA909, à partir du 6 novembre 2006

vidéo WHA - La capture, 2007
réalisation Régine Chopinot et Sibylle Stürmer
interprètes John Bateman, Régine Chopinot, Virginie Garcia, Frédéric Werlé, Duke Wilburn, Jean Michel Bruyère
scénographie et textes Jean Michel Bruyère
lumières Maryse Gautier
éléments de costumes Jean Paul Gaultier
construction décor La Manufacture/Niort
musique mixée live U-ZUL
durée 52 minutes

Ce film a notamment été projeté en mars 2007 au Musée des Arts Décoratifs (Paris) dans le cadre de l'exposition « Jean Paul Gaultier Régine Chopinot. Le Défilé », 22 mars – 23 septembre 2007.
Pour l'anecdote, le film a été réalisé à la Chapelle Fromentin, avec des caméras de surveillance fixes disposées à plusieurs endroits dans la chapelle.

Le titre de la pièce proviendrait d'un voyage de Chopinot au Vietnam où « elle fut frappée par un avertissement inscrit sur les ailes de l'avion : "Warning hazardous area" (Attention, zone à risques). » M.-C. Vernay, Libération, 12 février 2004

Dernière mise à jour : février 2013

Chopinot, Régine

Régine Chopinot, née en 1952 à Fort-de-l'Eau en Algérie, est très vite attirée par la danse. Après des cours de danse classique, elle découvre la danse contemporaine avec Marie Zighera en 1974. Devenue lyonnaise, elle y fonde en janvier 1978 sa première compagnie, la Compagnie du Grèbe qui associe danseurs, comédiens et musiciens. Elle signe alors ses premières chorégraphies. Trois ans plus tard, elle reçoit le deuxième prix au Concours chorégraphique international de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) pour la pièce « Halley's Comet » (1981) rebaptisée « Appel d'air ». Ses créations suivantes, « Délices » et « Via », ouvrent la chorégraphie aux apports d'autres médias dont le cinéma. C'est avec « Délices » (1983) que Régine Chopinot commence sa longue collaboration avec le couturier Jean Paul Gaultier, qui marquera l'époque, avec des pièces comme « Le Défilé » (1985), « K.O.K. » (1988), « ANA » (1990), « Saint Georges » (1991) ou « Façade » (1993). Nommée en 1986, directrice du Centre chorégraphique national de Poitou-Charentes à La Rochelle (où elle succède au Théâtre du Silence de Jacques Garnier et Brigitte Lefèvre), qui devient en 1993 le Ballet Atlantique-Régine Chopinot (BARC), Régine Chopinot multiplie les rencontres artistiques : avec des plasticiens comme Andy Goldsworthy, Jean Le Gac ou Jean Michel Bruyère, des musiciens comme Tôn-Thât Tiêt ou Bernard Lubat.

Au début des années 1990, elle quitte – selon son expression – les « espaces de grande légèreté » où, très jeune, elle s'était fait connaître, notamment dans sa collaboration avec Jean Paul Gaultier. Elle se passionne alors pour des expériences de confrontation de la danse contemporaine aux éléments et aux rythmes naturels et de sa mise à l'épreuve de pratiques et de sciences du corps anciennes et complexes, comme le yoga. En 1999, dans le cadre des « artistes associés », Régine Chopinot invite trois personnalités de la danse contemporaine à collaborer pendant trois ans à son projet artistique : Françoise Dupuy, Dominique Dupuy et Sophie Lessard rejoignent l'équipe de danseurs permanents et d'intervenants-chercheurs du BARC, comme interprètes, pédagogues et chorégraphes.

En 2002, elle ouvre le triptyque de la Fin des Temps, une longue remise en cause de l'écriture et de la création chorégraphique conséquente à une mise en crise volontaire des notions générales de temps, de mémoire et de construction. « Chair-obscur », son premier chapitre, est tourné vers un effacement du passé, de la mémoire, et « WHA » vers la disparition du futur. « O.C.C.C. » se préoccupe du « temps qui reste », de ce qu'il reste à faire, ce qui peut être fait encore, à l'endroit simple et essentiel de la représentation. En 2008, « Cornucopiae », la dernière pièce créée au sein de l'institution, signe la fin d'une forme de représentation et ouvre vers une autre proposition de perception sensorielle.

Parallèlement à son travail de chorégraphe, Régine Chopinot collabore en tant qu'interprète avec des artistes qui lui sont proches : Alain Buffard (« Wall dancin' - Wall fuckin' », 2003 ; « Mauvais Genre », 2004), Steven Cohen (« I wouldn't be seen dead in that ! », 2003). Ou encore, elle forme et dirige des danseurs vietnamiens dans le cadre d'une collaboration avec l'École supérieure de danse du Vietnam et l'Opéra-Ballet de Hanoï (« Anh Mat », 2002 ; « Giap Than », 2004). En 2008, la chorégraphe quitte le CCN de La Rochelle et crée la compagnie Cornucopiae - the independent dance, la nouvelle structure qui porte désormais, création et répertoire, tous les travaux de Régine Chopinot. En 2010, elle choisit le port de Toulon pour y vivre et travailler.

Depuis 2009, Régine Chopinot s'aventure, questionne et approfondit sa recherche du corps en mouvement en lien avec la force de la parole auprès de cultures organisées par et sur la transmission orale, en Nouvelle-Calédonie, en Nouvelle-Zélande, au Japon. De nombreux actes artistiques jalonnent ces trois dernières années : pièces chorégraphiques et films réalisés à partir des expériences artistiques In Situ ont été créés dans le cadre du projet Pacifique Sud. La relation privilégiée initiée depuis 2009 avec le groupe du Wetr (Drehu/Lifou), aboutit à la création de « Very Wetr ! » au Festival d'Avignon en juillet 2012, repris au Centre national de la danse en février 2013.

En savoir plus

Site de Cornucopiae

Dernière mise à jour : février 2013

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Chopinot Collection

Chopinot Collection

Régine Chopinot a laissé son empreinte aux quatre coins de la planète danse. Figure majeure de la danse contemporaine française depuis le début des années 80, elle a tour à tour été adulée et critiquée. Exploratrice infatigable, forte tête au tempérament d'insurgée, elle continue à explorer de nouveaux continents et à renouveler à sa manière les codes de la représentation.

Voir la collection