While going to a condition

2007
Année de création : 2002

 
close

While going to a condition

WHILE GOING TO A CONDITION / création 2002

Conception et interprétation Hiroaki Umeda

Tout comme pour “Accumulated layout”,  “While going to a condition” est une expérience spatiale et sensorielle dans laquelle l'interprète dégage une force magnétique exceptionnelle.

LENTEUR ET FULGURANCE «Je crée une pièce à partir d'un espace vide, puis une image naît et se déve- loppe. La danse prend alors peu à peu forme, ainsi que le son et l'image de façon simultanée», déclare Hiroaki Umeda.

Artiste visuel plus que chorégraphe, performer plus que danseur, Hiroaki Umeda développe une approche artistique qui relève autant des arts visuels que des arts de la scène. Ses pièces chorégraphiques, principalement des solos, peuvent être perçues comme de véritables installations, à la fois visuelles et sonores, dans lesquelles l'artiste déploie une gestuelle très personnelle.

Dans “While going to a condition”, le temps, ponctué de silences, se dilate, provoquant une perte de repères. Il s'agit pour l'artiste d'inviter le spectateur à vivre le temps de la pièce de manière singulière : lenteur et fulgurance viendront rythmer la progressive transformation qui s'opère sur le plateau, tel un passage d'un état à un autre. La vidéo, utilisée comme source de lumière, crée une sorte de magnétisme que le public ressent et expérimente en direct.

Plus qu'à un spectacle, c'est à une véritable expérience à laquelle Hiroaki Umeda convie le spectateur. Loin de toute narration, l'artiste cherche à transmettre des sensations au public plutôt que des messages. Vidé de ce qui fait sens, le spectacle se ressent plus qu'il ne se comprend.

Source : Dominique Laulanné - programme de salle Maison de la Danse

Générique

Conception et interprétation Hiroaki Umeda

Réalisation vidéo Charles Picq

Durée 50 minutes Mise à jour : juin 2012

 

Umeda, Hiroaki

Né au Japon en 1977, Hiroaki Umeda vit et travaille à Tokyo. Il ne se prédestinait pas à la danse : à l'origine, il étudie la photographie, préférant donc l'instant saisi plutôt que le mouvement lâché ! Mais, tout en suivant les cours de photographie à la Nihon University - College of Art, le jeune Japonais s'initie à la danse classique et au hip hop.

Au fil des années, il développe une gestuelle singulière qui puise aux références occidentales -danse classique et hip hop- et aux références nippones -le butô né de l'après-Hiroshima-. Depuis la fondation de S20, sa compagnie, en 2000, Hiroaki Umeda a acquis une dimension internationale. Il a créé les pièces "Ni" (2001), "While going to a condition" (2002), "Looming" ( 2003), "Finore" (2003), "Duo" (2003) et "Accumulated layout" (2007), "Adapting for distorsion" (2008), "Haptic" (2008), "Holistic Strata" (2011) -toutes sont des solos- qu'il a présentées dans les festivals de danse attentifs aux formes émergentes. Artiste pluridisciplinaire, à la fois compositeur et vidéaste, chorégraphe et interprète, Hiroaki Umeda développe, à travers ses travaux, un univers visuel et sonore à l'esthétique minimale et radicale, alternant violence et douceur, marqué par un graphisme visuel épuré. Ses propositions esthétiques placent sa danse au cœur de la matière électronique et numérique. Originaire du Japon, terre de la culture numérique par excellence, Hiroaki Umeda cherche à révéler ce qui reste d'humain quand on est plongé au cœur des mutations technologiques. Umeda danse le chaos d'une civilisation désincarnée, à l'heure des grandes mutations technologiques.

En 2009, Hiroaki Umeda a lancé le projet "Superkinesis". Avec ce dernier, Umeda a essayé de « trouver des systèmes de mouvements qui pouvaient être partagés par n'importe quel style de danse et n'importe quel corps ». Ainsi, "1. centrifugal" (2009) a été créé pour, et avec, des danseurs contemporains, "2. repulsion" (2010) avec des danseurs hip-hop, "3. isolation" (2011) avec des danseurs classiques et "4. temporal pattern" (2013) avec des danseurs traditionnels asiatiques.

Plus récemment, fort du succès de sa collaboration avec le Götenborgs Opera ("Interfacial Scale", 2013), Benjamin Millepied lui a demandé de chorégraphier "Peripheral Stream" (2014) pour le L.A. Dance Project.

Source : Programme de salle Maison de la Danse

En savoir plus

hiroakiumeda.com

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Maison de la Danse de Lyon

Maison de la Danse de Lyon

Dès sa création, la Maison de la Danse a fait preuve d’une conscience patrimoniale en mettant en place une politique de l’image. Une grande partie des spectacles programmés sont filmés, une collection vidéo se constitue et la danse y apparaît dans sa dimension internationale, sous toutes ses formes, genres et styles.

Voir la collection