Collections

CCN de Créteil et du Val-de-Marne - Cie Käfig

En juin 2009, Mourad Merzouki prend la direction du CCN de Créteil et du Val-de-Marne où il développe sa vision de la danse comme « une fenêtre ouverte sur le monde ». Depuis la création de la Compagnie Käfig en 1996, le chorégraphe a su élargir le langage du hip-hop en orientant sa démarche au carrefour de multiples disciplines : cirque, arts martiaux, danse contemporaine… Ses pièces font aujourd’hui le tour du monde.

 

Yo Gee Ti

2011
Année de création : 2011

Pièce franco-taïwanaise pour 10 danseurs

 
close

Yo Gee Ti

création 2012

C'est lors d'un premier voyage à Taïwan où la Compagnie présentait le spectacle Récital, qu'un projet de collaboration est né avec le National Chiang Kai-Shek Cultural Center. J'ai été séduit par l'énergie de ces danseurs qui ont partagé le plateau avec nous ce jour-là. J'ai donc voulu aller à la rencontre d'une nouvelle culture à la fois empreinte de traditions ancestrales et ancrée dans une modernité extrême.

La rencontre avec l'« Autre » est toujours chez moi source d'inspiration : qu'elle soit avec des danseurs chinois pour un projet de transmission d'une pièce, avec des interprètes sud-africains ou brésiliens pour une création. Le rapport à l' « étranger » est nécessairement et intrinsèquement différent – la barrière de la langue nous force à réfléchir autrement, le langage du corps prime alors sur toute autre forme de communication. La pudeur et la réserve que l'on ressent face à cet autre sont finalement transcendées par un langage nouveau fait de la gestuelle de corps façonnés et pétris de cultures qui viennent s'enrichir et s'entremêler.

Cette barrière de la langue m'amène à changer mon rapport aux danseurs, à la musique, à l'espace. C'est ce bousculement, ce retranchement que je cherche à provoquer en moi et qui anime mon processus de création : je suis curieux de pouvoir trouver le pivot entre ma danse, celle qui me caractérise, et la danse à Taïwan nécessairement différente de la mienne de par les corps, les influences, les formations.

La distribution de cette création est partagée entre interprètes taïwanais et français. Je me suis appuyé sur certains proches collaborateurs mais ai travaillé pour la première fois avec un jeune styliste que j'ai rencontré à Taïwan. Il se démarque par des créations de costumes sculptés dans de la laine – ce que j'avais pu voir de son travail m'avait fasciné. Cette contrainte du costume pour le geste du danseur me pousse à aller chercher le rythme à un autre niveau. Je souhaite par là engager un rapport nouveau au mouvement et inscrire la danse dans un autre espace.

Mourad Merzouki

Générique

Direction artistique et chorégraphie Mourad Merzouki

Assistante du chorégraphe Marjorie Hannoteaux

Musique originale AS'N (interprétée par Fabrice Bihan - violoncelle, Dorian Lamotte - violon et Yi-Ping Yang - percussions)

Musiques additionnelles Ludovico Einaudi, Marc Mellits, Le Trio Joubran

Interprétation Kader Belmoktar, Hong-Ling Chen, Bruce Chiefare, Sabri Colin, Erwan Godard, Yi-Chun Hsieh, Han-Hsin Kan, Hsin-Yu Kao, Nicolas Sannier, Chien-Wei Wu

Lumières Yoann Tivoli assisté de Nicolas Faucheux

Scénographie Benjamin Lebreton en collaboration avec Mourad Merzouki

Feutre artisanal Elisabeth Berthon et Chloé Lecoup pour Morse Felt Studio, Johan Ku Design Ltd.

Costumes Johan Ku / Production Johan Ku Design Ltd.

 

 

Producteur délégué Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig

Commanditaire Natinal Chiang Kai-Shek Cultural Center

Coproducteurs Festival Montpellier Danse 2012, Maison des Arts de Créteil, Fondation BNP Paribas

 

 

Vidéo

Scènes d'écran, une collection proposée et dirigée par Charles Picq

Réalisation : Luc Riolon

Production : 24 images, GIE Grand Ouest Télévision, La Biennale de la Danse de Lyon et la Maison de la Danse de Lyon en association avec ARTE France

 

Dernière mise à jour : Avril 2013

Merzouki, Mourad

Né à Lyon en 1973, Mourad Merzouki pratique dès l'âge de sept ans les arts martiaux et les arts du cirque. A quinze ans, sa rencontre avec la culture hip-hop l'emmène vers le monde de la danse.

Il décide très vite de développer cette gestuelle née dans la rue tout en se confrontant à d'autres langages chorégraphiques auprès notamment de Maryse Delente, Jean-François Duroure et Josef Nadj.

La richesse de son parcours lui donne cette envie très forte de réaliser des projets artistiques, mêlant le hip-hop à d'autres disciplines. C'est ce qu'il fait en créant en 1989, avec d'autres danseurs, sa première compagnie, Accrorap.

En 1994, la compagnie présente Athina lors de la Biennale de la Danse de Lyon, un véritable succès qui réussit à transposer la danse hip-hop de la rue à la scène.

Les voyages à travers le monde entraînent le chorégraphe vers des terrains inconnus, il fait alors l'expérience de la danse comme puissant moyen de communication. Pour développer son propre univers artistique lié à son histoire et à sa sensibilité, Mourad Merzouki décide de fonder en 1996 sa propre compagnie : Käfig.

A partir de janvier 2006, la Compagnie Käfig est en résidence à l'Espace Albert Camus de Bron. Cette implantation lie le théâtre avec le festival Karavel, créé en 2007 à l'initiative Mourad Merzouki, programmant notamment une dizaine de compagnies hip hop et d'autres actions dans la ville.Parallèlement, il imagine et conçoit un nouveau lieu de création et de développement chorégraphique : Pôle Pik ouvre ses portes à Bron en 2009.

En juin 2009, Mourad Merzouki est nommé à la direction du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne. Il y poursuit et développe son projet placé sous le signe de l'ouverture sur le monde.

En 18 ans le chorégraphe créé 22 spectacles. En moyenne 150 représentations par an à travers le monde rythment ainsi la vie de la compagnie.

29 avril 2014 Mourad Merzouki est l’auteur du message de la 32ème Journée internationale de la Danse, après Lin Hwai-Min, Sidi Larbi Cherkaoui, Anne Teresa de Keersmaeker, Akram Khan, William Forsythe, Maurice Béjart…

15 février 2013 MouradMerzouki reçoit la médaille d'Honneur de la Ville de Lyon.

14 juillet 2012 Nomination de Mourad Merzouki au grade de Chevalier dans l'Ordre national de la Légion d'honneur.

5 Juillet 2011 Promotion au rang d'Officier dans l'Ordre des Arts et des Lettres

Juin 2009 : Mourad Merzouki est nommé Directeur du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne.

Février 2008 : Mourad Merzouki rejoint, pour un mandat de trois ans, le Conseil d'Administration du Centre National de la Danse de Pantin.

19 février 2008: Mourad Merzouki reçoit le Trophée Créateurs sans frontières 2008, remis par le Ministre des Affaires Etrangères et Européennes, Bernard Kouchner. Ce trophée distingue chaque année des artistes ou des personnalités du monde de la culture pour leur action particulièrement remarquable à l'international.

4 décembre 2006 : Le journal Le Progrès et Télé Lyon Métropole organisent une soirée pour récompenser les acteurs culturels lyonnais. Dix trophées sont remis dans dix catégories artistiques. Mourad Merzouki et la Compagnie Käfig reçoivent le trophée des Lumières de la Culture pour la catégorie Danse.

12 juin 2006 : Mourad Merzouki reçoit le Prix Nouveau Talent Chorégraphique attribué par la SACD. Aux Palmarès des Prix SACD 2006 figurent entre autres Gad Elmaleh, Julie Ferrier, Radu Miahaileanu, José Montalvo et Dominique Hervieu…

14 juillet 2004 : Mourad Merzouki est promu Chevalier des Arts et des Lettres par le Ministre de la Culture et de la Communication.

30 mai 2004 : Mourad Merzouki reçoit le prix de meilleur jeune chorégraphe au Festival International de Danse de Wolfsburg, aux côtés de Sidi Larbi Cherkaoui, Tero Saarinen, Maurice Béjart…eux-aussi primés.

Ku, Johan

Styliste

Né à Taipei en 1979, Johan Ku débute sa carrière en tant que designer graphique à l'âge de 17 ans.
Lors de ses études en mode et design textile à Taïwan, il reçoit de nombreuses récompenses et participe très rapidement à la Fashion Week de Hong Kong. En 2009, il reçoit le prix Gen Art's Design Vision Avant-garde à New-York pour sa très remarquée collection intitulée Emotional Sculpture.
Dès lors, son travail est salué par la presse spécialisée et Johan Ku devient une sorte de héros national. En Mars 2010, Le Musée d'art contemporain de Taipei l'invite pour une exposition individuelle où il présente ses collections-sculptures. Son travail, remarqué par les collectionneurs internationaux s'inscrit dès lors définitivement dans le vaste champ de la création contemporaine.. 
Il vit et travaille actuellement au Royaume-Uni.

Johan Ku signe la création des costumes de Yo Gee Ti en 2012.
Johan Ku crée des vêtements comme certains peindraient ou sculpteraient. Il déjoue les limites du corps et s'amuse des volumes avec un style expressif extrêmement affirmé.
Il utilise des matériaux textiles uniques, parfois rares, qu'il expérimente avec liberté et sans limites.
Créateur non conventionnel, il développe un art du tricot en trois dimensions à l'aide d'aiguilles géantes (ou simplement de ses doigts), donnant corps à des sculptures baroques aux volutes extravagantes. Il façonne les silhouettes de ses modèles (principalement féminins), dont le corps disparait sous la masse textile pour donner forme à une sculpture de chair et de matière. Son style unique participe à rendre ténue la frontière entre la mode et les beaux-arts.

« Rien ne m'inspire comme… Des textiles intéressants ou des fils. Je suis souvent inspiré par les nouveaux matériaux. Ce n'est pas seulement un élément important de mon processus de création, mais aussi un point de départ pour mes collections. » Johan Ku

Source : Biennale de la danse - Dossier documentaire

Mise à jour : janvier 2013

Riolon, Luc

Après des études de mathématiques supérieures et de médecine, Luc Riolon débute la réalisation dans le cadre de sa faculté de médecine, puis rencontre les chorégraphes des années 1980 (Maguy Marin, Mark Tompkins, Josef Nadj, Daniel larrieu, Odile Duboc, Josette Baiz, Angelin Preljocaj, etc.) avec qui il tourne de nombreux films (recréation pour la caméra, captations).

Dans les années 1980 avec le chorégraphe américain Mark Tompkins il introduit la vidéo sur la scène, retransmettant en direct sur des écrans géants les images qu'il tourne avec sa caméra en étant sur le plateau avec les danseurs, mélangeant images sur bande et direct.

Avec Daniel Larrieu, il participe à la création du spectacle Waterproof, chorégraphie contemporaine qui se déroule dans une piscine, en filmant en direct les danseurs évoluant dans l'eau et mixant les images en direct avec des images subaquatiques préenregistrées.

Puis il collabore pendant 10 ans avec Eve Ruggieri pour son émission « Musiques au cœur ». Il tourne avec elle de nombreux documentaires sur la musique classique, l'opéra et la danse.

À partir de 1999 il réalise des documentaires de vulgarisation scientifique, en suivant les travaux de chercheurs de terrain attachés à la résolution d'une énigme particulière.

Ces deux domaines artistiques et scientifiques qui peuvent sembler bien séparés l'un de l'autre mais sont pourtant, au regard de Luc Riolon, animés de la même démarche. Le désir de comprendre le monde, que ce soit par l'art ou par la recherche scientifique, et restituer cette découverte au plus grand nombre.

Parmi ses documentaires scientifiques récents, on peut citer par exemple « Tchernobyl, une histoire naturelle ?», « L'Énigme du Caïman Noir », « Voyage en eau trouble » ou « Delta du Nil : La fin du miracle ». Ces documentaires de vulgarisation scientifique ont récemment reçu des prix dans des festivals en France, comme à l'étranger.

Source: Maison de la Danse

Compagnie Käfig

PARCOURS DE LA COMPAGNIE KÄFIG

Depuis 1996, 22 créations ont été présentées dans plus de 650 villes.

En 18 ans, la Compagnie Käfig a donné plus de 2400 représentations dans 61 pays et devant plus d'1 million de spectateurs.

Actuellement, 6 spectacles sont en tournée.

 

Le chorégraphe Mourad Merzouki, figure du mouvement hip-hop depuis le début des années 90, inscrit son travail au carrefour de multiples disciplines.

Autour de la danse hip-hop explorée dans tous ses styles, se greffent le cirque et les arts martiaux mais encore les arts plastiques et la musique live. Sans perdre de vue les racines du mouvement, ses origines sociales et géographiques, cette confrontation permet d'ouvrir de nouveaux horizons à la danse et dégage des points de vue inédits.

Sa formation s'enracine, depuis l'âge de 7 ans, dans la fréquentation de l'école de cirque située à Saint-Priest, dans l'est lyonnais, et dans celle du cours de karaté et de boxe  américaine.

C'est à 15 ans qu'il découvre le hip-hop et commence à danser dans la rue. Il s'attaque à la chorégraphie, en complicité avec Kader Attou, qui sera son partenaire de création pendant cinq ans (de 1990 à 1995), tout en poursuivant son apprentissage auprès de chorégraphes contemporains comme Jean-François Duroure ou Josef Nadj.

En 1994, le spectacle ATHINA, co-signé de sa première Compagnie Accrorap, est remarqué par le public et les professionnels.

Son premier spectacle KÄFIG voit le jour en 1996 aux Rencontres Urbaines de la Villette à Paris. C'est la pièce inaugurale de son travail que Mourad Merzouki signe en son nom. Käfig signifie « cage » en arabe et en allemand et devient le nom de la compagnie. Elle indique aussi le parti pris d'ouverture du chorégraphe et son refus de s'enfermer dans un style.
Sur le plateau bordé par un filet, un danseur hip hop et une interprète contemporaine se défient pour mieux dialoguer. Le ton est donné : extension du domaine hip-hop sans se perdre de vue.

La Maison de la Danse de Lyon dirigée par Guy Darmet soutient le projet et accompagnera désormais chaque nouvelle production de Mourad Merzouki.

Deux ans après, RÉCITAL, dialogue insolite entre six danseurs, un musicien et l'image du concert de musique classique, met sur orbite la compagnie. Mourad Merzouki suspend une grappe de violons au-dessus du plateau et fait danser un orchestre inédit d'instrumentistes. Une tournée internationale (40 pays) fera connaître la Compagnie Käfig dans le monde entier.

De la coopération avec le chorégraphe sud-africain Jay Pather est né en 2000 le spectacle PAS À PAS, mélange détonnant de danses traditionnelles zoulous et de hip-hop.

En 2001, DIX VERSIONS, toujours créée à la Maison de la Danse de Lyon, cisèle la singularité hip-hop de sept interprètes dont le danseur new-yorkais Klown. La pièce est programmée au prestigieux Jacob's Pillow Festival de Berkshire, aux Etats Unis. DIX VERSIONS valorise l'écriture et la prouesse hip-hop par des ronds de lumières isolant chaque danseur dans son originalité artistique, qu'elle soit acrobatique ou proche des arts martiaux. Le spectacle est inscrit dans un environnement plastique décalé. Des objets géométriques sont déplacés dans l'espace par les danseurs, activant un jeu vivant de formes et d'énergies. DIX VERSIONS persiste et signe dans la veine esthétique chère à Mourad Merzouki.

En 2002, il signe une Fable à la Fontaine LE CHÊNE ET LE ROSEAU, destinée au jeune public, dans le cadre du projet piloté par La Petite Fabrique - Annie Sellem.

Pour l'Année de l'Algérie en France en 2003, il crée MEKECH MOUCHKIN - Y'A PAS DE PROBLÈME avec des danseurs algérois.En 2004, CORPS EST GRAPHIQUE joue sur une distribution équilibrée entre interprètes masculins et féminins. Une certaine légèreté circule entre les danseurs qui revisitent les codes de la séduction par l'intermédiaire de grandes marionnettes. L'humour, assez rare dans le hip-hop, apparaît.

En janvier 2006, TERRAIN VAGUE plonge dans l'enfance et le parcours du chorégraphe dans un no man's land fantasmé. Pour la première fois, Mourad Merzouki raconte une histoire. Dans un espace ludique, coloré, ouvert à tous les possibles, les danseurs hip hop rejoints par des artistes issus du théâtre et des arts de la piste rivalisent d'audace et de virtuosité. Un spectacle éclectique pour un voyage visuel, sensoriel, chorégraphique et musical d'une vitalité débordante.

Avec TRICÔTÉ en 2008, Mourad Merzouki dévoile les coulisses d'un spectacle et inaugure une nouvelle résidence à l'Espace des Arts de Chalon-sur-Saône. Sur la musique de AS'N, collaborateur artistique fidèle, cette pièce tout public décline toutes les étapes d'une création, des auditions jusqu'à la représentation.

Mourad Merzouki est «artiste invité» de la Biennale de la Danse de Lyon 2008. Il y présente AGWA, une création avec 11 danseurs brésiliens. La pièce est placée sous le signe de l'eau, à la fois composant essentiel de notre corps, ressource naturelle précieuse, vitale même, que l'on se doit d'économiser et de préserver, et symbole de renouveau.

Pour cette édition 2008, il met également en scène le défilé, grand rendez-vous participatif de la Biennale : LES POINTILLÉS, tirent un fil rouge entre les 18 villes participantes au Défilé, sur le thème «Légendes d'Avenir» dont Mourad Merzouki signe également pour la troisième fois la direction artistique pour la ville de Bron.

Entre janvier 2006 et juin 2009, la Compagnie Käfig est en résidence à l'Espace Albert Camus de Bron. Cette implantation lie le théâtre avec le festival Karavel, créé en 2007 par Mourad Merzouki et dans lequel il programme une dizaine de compagnies hip-hop et d'autres actions dans la ville.

En 2009, Pôle Pik, nouveau lieu de création et de développement chorégraphique dédié à la danse hip-hop ouvre ses portes à Bron, dans l'est lyonnais. La création de ce lieu, que Mourad Merzouki a porté pendant presque dix ans, permet de poursuivre et développer la diffusion de la danse hip hop en l'ouvrant sur d'autres langages artistiques. Mourad Merzouki en est le Conseiller artistique.

En juin 2009, Mourad Merzouki est nommé Directeur du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne. Il y développe un projet intitulé « La danse, une fenêtre sur le monde », dont l'ouverture est le maître-mot. Il continue, à côté de la création et de la diffusion de ses spectacles - un travail de formation et de sensibilisation à la danse hip hop, en créant des rencontres originales favorisant l'accès à l'art chorégraphique et le soutien aux équipes indépendantes.

En 2010, Mourad Merzouki crée CORRERIA, second volet présenté conjointement à AGWA, qui plonge le spectateur dans une course trépidante, frénétique, comme celle qui rythme nos vies.

Cette même année, le chorégraphe présente BOXE BOXE, création qui lui permet de renouer avec les arts martiaux, sa formation initiale. Cette pièce est aussi l'opportunité d'explorer de nouveaux territoires de recherches en s'entourant sur scène, du Quatuor à  cordes Debussy. Présenté lors de la 14ème Biennale de la Danse de Lyon en septembre 2010, ce nouveau spectacle reçoit un accueil très chaleureux du public et des professionnels.

En mars 2011, dans le cadre des prestigieuses Nocturnes du vendredi au Louvre, le Centre Chorégraphique de Créteil et du Val-de-Marne / Compagnie Käfig prend part aux soirées intitulées « Combat ». Mourad Merzouki imagine des chorégraphies en échos aux sculptures, adaptées du spectacle BOXE BOXE.

En 2012 deux nouvelles créations viennent enrichir le répertoire :
YO GEE TI :cette pièce franco-taïwanaise issue d'une collaboration avec le National Chiang Kai-Shek Cultural Center, est présentée en mars 2012 à Taipei et en première européenne en juin 2012 dans le cadre du Festival Montpellier Danse, pour lequel Mourad Merzouki a été nommé artiste associé.
KÄFIG BRASIL : la pièce est créée au Festival de Montpellier Danse 2012 et signe le retour des danseurs brésiliens de CORRERIA AGWA. Pour cette création, Mourad Merzouki a invité plusieurs chorégraphes français et brésiliens, faisant se rejoindre ses amitiés artistiques.

Le 1er juin 2012, il se confronte aux œuvres du Musées des Beaux-Arts de Lyon pour une nouvelle expérience.

En septembre 2012, Mourad Merzouki assume aux côtés de Dominique Hervieu la codirection artistique du Défilé de la Biennale de la Danse de Lyon.

L’année 2013 marque la première édition du Festival KALYPSO en Île-de-France, véritable vitrine de la création chorégraphique contemporaine. Le festival accueille une vingtaine de compagnies dans plusieurs lieux franciliens et réunit un public large autour de nombreuses rencontres, ateliers, master-class, battle, etc.

En 2014, Mourad Merzouki reprend les chemins de la création avec PIXEL. Pour ce projet, le chorégraphe collabore avec Adrien Mondot et Claire Bardainne de la Compagnie AMCB, et s’oriente vers les arts numériques. Par le biais de projections lumineuses qui accompagnent les mouvements des danseurs, l’objectif est de trouver le subtil équilibre entre réel et virtuel, énergie et poésie, fiction et prouesse technique pour créer un spectacle à la croisée des arts.

Le CCN de Créteil est membre actif du réseau européen de danse hip-hop 7Steps, qui porte une réflexion collective autour des nouveaux enjeux pour le hip-hop. Une création chorégraphique regroupant 10 danseurs issus des pays participants est prévue pour octobre 2014, sous la direction artistique de Mourad Merzouki.

 

2014 est également une année de renouveau pour l’œuvre RECITAL :

       - Lors d’une résidence à New Dehli, Mourad Merzouki transmet la pièce à des danseurs indiens ;

       - 150 jeunes cristoliens s’emparent de la pièce tout au long de l’année pour présenter leur travail en juin 2014 lors de Jour de Fête, événement participatif à Créteil

       - L’œuvre, remontée pour 40 danseurs dans le cadre de la Biennale de la Danse de Lyon en 2012, fait l’objet d’une tournée dans plusieurs villes de France ; dans le cadre du projet « Kampus » mis en œuvre par Pôle Pik

       - Un projet de notation en système Laban est engagé sur la pièce : RECITAL est la première œuvre hip-hop à faire l’objet d’une notation.

 

 COLLABORATIONS ARTISTIQUES

Parallèlement à ses créations, Mourad Merzouki est invité à collaborer avec d'autres artistes en France et à l'étranger, contribuant ainsi au rayonnement international de la Compagnie Käfig.

En 1997, il collabore avec Josette Baïz et la compagnie «Place Blanche» sur la pièce RENDEZ-VOUS, une chorégraphie aux côtés de quatre danseuses contemporaines.En 1998, il met en scène Le CABARET URBAIN pour huit comédiens et quatre danseurs.

Claudia Stavisky, directrice artistique du Théâtre des Célestins de Lyon, l'invite en 2004 à mettre en scène LA CUISINE d'Arnold Wesker, puis L'AGE D'OR de Georges Feydeau, en 2005.Côté cinéma, il participe en 2004 au premier long métrage de Marc Jolivet, CONCOURS DE DANSE A PIRIAC, en travaillant sur toutes les scènes de danse, chorégraphiant des comédiens, toute génération confondue comme Ginette Garcin.

Il crée également en 2007 la chorégraphie des QUATRE SAISONS avec le duo de patineurs artistiques Nathalie Pechalat et Fabian Bourzat.

En 2009, il transmet une pièce du Répertoire de la Compagnie, RÉCITAL, aux danseurs chinois de la Beijing Modern Dance Company.

La même année, Mourad Merzouki met en scène avec Jeannot Painchaud la création iD., dernière production du Cirque Eloize, pour une première mondiale à Incheon en Corée.

Dans le même temps, il créé DES CHAUSSÉES, pour les danseurs du Junior Ballet contemporain du Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris.

En janvier 2012, Mourad Merzouki est invité par Olivier Meyer pour la 20e édition du festival Suresnes Cités Danse, aux côtés de Kader Attou, Sébastien Lefrançois et José Montalvo. Une soirée anniversaire a mis à l'honneur des extraits de créations des chorégraphes, dont BOXE BOXE.

Fin 2013, Mourad Merzouki collabore avec la compagnie Norma Claire dans le cadre du 9e Festival « Rencontres de danses métisses » en Guyane pour des ateliers de création et de transmission auprès de jeunes danseurs traditionnels amérindiens du village d’Awala-Yalimapo.

Vidéos coup de coeur à voir absolument

Les autres vidéos de la collection à découvrir

Toutes les vidéos de la collection