Collections

Le texte de présentation de cette collection est en cours de relecture.

 

Concert Dansé

2014
Année de création : 2013

Le suédois Peter von Poehl nous présente un concert acoustique unique dans le cadre improbable du CCN de Caen/Basse-Normandie accompagné de cinq danseurs et du violoncelliste Zach Miskin.

 
close

Concert Dansé

Après la sortie de Big Issues Printed Small, son troisième album, le suédois Peter von Poehl nous présente ses nouvelles chansons, simplement accompagné de sa guitare et du violoncelliste Zach Miskin. Un concert acoustique unique dans le cadre improbable du CCN de Caen/Basse-Normandie par l'un des orfèvres de la mélodie.
D'autant plus unique que les chorégraphes Héla Fattoumi et Éric Lamoureux vous délivrent, avec la complicité de cinq interprètes masculins, quelques ponctuations dansées spécialement conçues pour l'occasion augurant ainsi une future collaboration.

En effet, les trois artistes seront associés à l'automne 2014 pour une création en Suède, commande du NorrlandsOperan dans le cadre de Umeå capitale européenne de la culture. Le chanteur scandinave y composera et interprètera avec le Symphonic Orchestra du NorrlandsOperan une chanson originale de 45 minutes. Intitulé  Waves, ce nouveau projet chorégraphique de Héla Fattoumi et Eric Lamoureux réunira huit interprètes et sera créé les 21 et 22 novembre 2014 au NorrlandsOperan de Umeå (Suède).

Générique

Chant et guitare Peter von Poehl
Violoncelle Zach Miskin
Chorégraphie Héla Fattoumi/Eric Lamoureux
en collaboration avec les interprètes Sarath Amarasingam, Matthieu Coulon, Jim Couturier, Bastien Lefèvre et Philippe Rouaire
Création lumières Xavier Lazarini
Régie son Thomas Roussel

Une coproduction Centre Chorégraphique National de Caen/Basse-Normandie (CCNC/BN) et A Gauche de la Lune (AGDL)

mise à jour : février 2014

Fattoumi, Héla et Lamoureux, Éric

Héla Fattoumi et Éric Lamoureux fondent la Compagnie FATTOUMI/LAMOUREUX en 1988. Leur première pièce Husaïs est couronnée du prix de la 1re œuvre au concours international de Bagnolet en 1990, suivie du trio Après-midi, prix Nouveaux Talents Danse de la SACD en 1991.Ces deux œuvres les propulsent parmi les leaders d’une nouvelle génération de la création contemporaine et leur apportent une reconnaissance internationale.


Un espace de recherche dont la source est l’entremêlement de leurs particularités.

De pièce en pièce, ils sondent inlassablement l’intelligence sensible du corps, son pouvoir de dévoilement du sens qui est aussi pensée (penser) en mouvement. Durant cette première période plusieurs pièces marquantes voient le jour  dans la continuité d’Husais : Si loin que l’on aille (Théâtre de la Bastille et Théâtre de la Ville, 1992) ; Fiesta (Commande du Festival d’Avignon, 1992) ; Asile Poétique (Théâtre de la Ville, 2000) à partir des textes du poète Antonio Ramos Rosa ; Wasla (Biennale de Lyon, 1998) ; Vita Nova (Grande Halle de la Villette, 2000) avec la 11e promotion du Centre National des Arts du Cirque. Ces pièces affirment un travail chorégraphique relié aux notions de maîtrise/non maîtrise, de puissance/fragile, de minimalisme/performatif, faisant surgir une danse dont la charge expressive est traversée par une « énergie graphique ».

Nommés à la direction du CCN de Caen/Basse-Normandie en 2004, ils poursuivent alors leur démarche à travers des pièces plus portées sur des sujets à forte tonalité sociétale.

Ce seront La Madâ’a (Arsenal de Metz, 2004) avec les frères Joubran, virtuoses palestiniens du oud ; Pièze (Unité de pression) et La danse de Pièze (Festival Dialogue de corps, Ouagadougou, 2006 ; Théâtre de la Bastille), autour de la notion d’« homosensualité » dans le monde arabo-musulman ; Just to dance... (Espace des Arts de Chalon-sur-Saône, 2010 ; Tokyo), pièce autour de la notion de « créolisation » développée par Édouard Glissant ; MANTA, solo créé au Festival Montpellier Danse 2009 puis en tournée internationale (Tokyo, Berlin, Tunis, Bruxelles, Malmö, Oslo...), à partir de la problématique que soulève le port du niqab ; Lost in burqa, (ésam de Caen, 2011) performance pour 8 interprètes réalisée à partir des « vêtements-sculptures » de la plasticienne marocaine Majida Khattari lors de la 6e édition du Festival Danse d’Ailleurs ; Masculines (Arsenal de Metz, 2013) sur les représentations du féminin de part et d’autre de la Méditerranée.  
Ils réactivent une recherche chorégraphique se ressourçant au potentiel expressif et poétique de la danse.

Une douce imprudence co-signée avec Thierry Thieû Niang (Festival Ardanthé 2013, Marrakech, Théâtre National de Chaillot) sur la notion du « Care » ; Waves commande pour le NorrlandsOperan et l’orchestre symphonique dans le cadre de Umeå 2014, capitale européenne de la Culture. Ils s’associent avec le chanteur et compositeur suédois Peter von Poehl.


Ils s’aventurent régulièrement hors des théâtres pour réagir in-situ à d’autres contextes de réactivité.

En février 2009, ils signent la performance Stèles dans le cadre d’une « Nocturne » exceptionnelle, commande du Musée du Louvre. En 2008 il créent Promenade au Grand Palais et imaginent un dialogue avec les sculptures monumentales de Richard Serra. En janvier 2012 ils créent Circle invitant le public au centre d’un dispositif circulaire où la danse s’enivre à l’énergie mêlée de 26 danseurs professionnels et amateurs. En 2013, dans le cadre du Festival Normandie Impressionniste, ils investissent l’exposition « Un été au bord de l’eau » du Musée des Beaux-Arts de Caen pour une Flânerie chorégraphique.

Création du Festival Danse d’Ailleurs (2005)

Dès 2005, ils initient le Festival Danse d’Ailleurs qui a vocation à remettre en perspective la notion d’universalisme en questionnant les cadres référents de la modernité en art selon les horizons culturels. Les quatre premières éditions ont fait focus sur des artistes issus du vaste et divers continent africain et ont valu à ce jeune festival un rayonnement international grandissant,  les éditions suivantes ont ouvert le spectre jusqu’en Asie en lien avec le Festival Hot Summer in Kyoto au Japon.

Héla Fattoumi et Éric Lamoureux sont fortement engagés dans différentes instances à la promotion et à la défense de l’art chorégraphique.

De 2001 à 2004, Héla Fattoumi est vice-présidente Danse de la SACD (Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques). Elle est à ce titre chargée de la programmation du « Vif du sujet » au Festival d’Avignon. De 2006 à 2008, elle préside l’ACCN (Association des Centres Chorégraphiques Nationaux). Présidence reprise de 2010 à 2013 par Éric Lamoureux, qui assure depuis la vice-présidence. Depuis septembre 2013 Héla Fattoumi est présidente déléguée à la prospective au SYNDEAC.

dernière mise à jour : juin 2014

Von Poehl, Peter

Peter von Poehl est né le 31 Mars 1972 à Malmö en Suède.
Au début des années 2000, Peter von Poehl collabore largement avec Bertrand Burgalat et son label parisien Tricatel, notamment sur l’album de l’écrivain Michel Houellebecq Présence humaine en 2000. Puis, il offre ses services de réalisateur, musicien et compositeur à des artistes aussi différents que Alain Chamfort, Depeche Mode ou Bertrand Burgalat lui-même. Quand le studio d’enregistrement du label Tricatel à Paris ferme, Peter von Poehl continue cependant à produire des enregistrements pour d’autres artistes. Beaucoup d’entre eux font partie de la scène musicale française. Entre autres : Doriand (Le Grand Bain, 2004), Lio (Dites au Prince Charmant, 2005) , Florian Horwath (We Are All Gold, 2005), Vincent Delerm (Les Piqûres d’araignée, 2006) et Marie Modiano (Outland, 2008).

Le premier album solo de Peter von Poehl intitulé Going To Where The Tea Trees Are est publié en 2006 par le célèbre label français indépendant Tôt ou Tard. Puis les différents labels indépendants du monde entier tels que Bella Union (Royaume-Unis), World’s Fair (États-Unis) et Speak n’ Spell (Australie) éditent l’opus. À sa sortie, l’album est salué par la critique et l’utilisation de plusieurs chansons — notamment The Story Of The Impossible — dans le cinéma et la publicité contribue à faire connaître la musique du songwriter scandinave à un large public. L’album est suivi d’une grande tournée en France et à l’étranger et Peter von Poehl est invité en première partie de prestigieux artistes dont le groupe Air, Phoenix, St Vincent et Brian Wilson.

May Day, son second album est publié en 2009, coproduit par Christoffer Lundquist et enregistré au studio AGM de Vallarum dans le sud de la Suède. Encore une fois, une grande tournée suit la publication de l’opus qui va l’emmener à partager l’affiche avec des artistes tels que Ben Harper, Wild beasts et Peter Doherty. En 2010, il représente la Suède lors de l’Exposition universelle de Shanghai.

Big Issues Printed Small, troisième album studio de Peter von Poehl est sorti en mars 2013. En étroite collaboration avec l’arrangeur Martin Hederos, l’album est basé sur une partition écrite et développée pour différentes formations orchestrales - jusqu’à 40 musiciens – qu’il interprétera au cours d’une série de concerts dans des lieux prestigieux tels que la Salle Pleyel à Paris ou l’Opéra de Rennes. Après une absence de près de quatre ans, la presse musicale et le public ont accueilli chaleureusement ce dernier opus qui marque le retour de Peter von Poehl sur le devant de la scène.

Peter von Poehl compose également des bandes originales de films. Celle du déjà culte et classique Vanishing Waves du lituanien Kristina Buozyté en 2012 ou bien celle du film Main dans la main de Valérie Donzelli (France, 2012). La réalisatrice avait déjà utilisé une musique de Peter von Poehl pour son film à succès La Guerre est déclarée (2011).
En 2013, il s’associe pour la première fois à des chorégraphes – Héla Fattoumi et Éric Lamoureux - pour composer une musique originale pour orchestre symphonique.

Vidéos coup de coeur à voir absolument

Les autres vidéos de la collection à découvrir

Aucun élément trouvé
Toutes les vidéos de la collection